Inktomi poussé par les ténors informatiques

Cloud
Information - news

Intel, Sun et Alteon rejoignent Content Bridge, une alliance formée par Inktomi, AOL et Adero dans le but de proposer une plate-forme pour accélérer la fourniture et le partage de contenus sur Internet. Une norme standard pour la distribution, la diffusion et la gestion de contenus devrait être mise au point afin de faciliter les échanges inter-réseaux.

Après l’arrivée des opérateurs télécoms dans l’optimisation des infrastructures de diffusion – notamment avec la création de Content Alliance, qui regroupe des sociétés comme Cisco et Cable&Wireless, dont le but est de faciliter et d’accélérer la fourniture de contenus sur Internet (voir édition du 30 août 2000) – les ténors de l’informatique font de même. Intel annonce ainsi son ralliement à l’alliance formée par Inktomi, AOL et Adero. Content Bridge a en effet pour objectif de fournir une plate-forme de distribution de contenus inter-réseaux, qui permet à n’importe quel fournisseur de contenus y adhérant d’approvisionner les fournisseurs d’accès Internet (FAI) avec les contenus les plus récents, tout en permettant à l’utilisateur final de conserver le contrôle total de la mise à jour de son propre site Web (voir édition du 25 août 2000). Pour Intel, ce n’est pas le premier rapprochement avec Inktomi. Le numéro un des microprocesseurs intégrait déjà la technologie d’Inktomi dans sa dernière offre, le NetStructure 1520 Cache, un système de cache intelligent.

Intel confirme ainsi son intention de se positionner sur le secteur de l’Internet rapide et par conséquent, de tout ce qui est du domaine du Rich Media. Il a par ailleurs annoncé un investissement de près de 200 millions de dollars pour le développement du streaming en Europe.

Intel n’arrive pas seul au sein de Content Bridge. Sun et Alteon Web Systems intègrent eux aussi l’alliance, confirmant un peu plus la tendance du moment, à savoir l’arrivée de plus en plus forte des acteurs informatiques sur le secteur de l’Internet rapide (voir édition du 13 octobre 2000). L’arrivée de ces sociétés devrait permettre la mise au point d’un standard commun pour les échanges inter-réseaux. Jusqu’à maintenant, les standards utilisés par Content Bridge étaient basés sur la technologie d’Inktomi, ce qui obligeait les sociétés rejoignant l’alliance à s’adapter à cette technologie. Une situation qui, selon Inktomi, pouvait bloquer l’arrivée de certains dans l’alliance, pour des raisons d’incompatibilité. “Comme Content Bridge est censé être une alliance ouverte, Inktomi et ses nouveaux membres ont donc décidé de proposer une norme standard qui puisse intégrer les technologies de chaque entreprise. Jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de norme existante pour la distribution, la livraison et la gestion de contenus”, explique Joe Frost, directeur du développement d’Inktomi en Europe. Selon Inktomi, le standard est actuellement en phase de test. L’alliance prévoit en outre de proposer la norme à différentes instances comme l’Internet Engineering Task Force (IETF) ou le World Wide Web Consortium (W3C) pour sa validation. Une validation qui risque de peser lourd face à la norme Akaimazer, la solution proposée par Akamai.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur