Innodisk accélère la cadence de ses nanoSSD

Mobilité
Innodisk nanoSSD

Innodisk destine aux systèmes embarqués une gamme de nanoSSD qui ont la particularité d’intégrer un contrôleur SATA 3 et d’atteindre ainsi des débits de 480 Mo/s en lecture.

Dans une conjoncture de croissance du marché de la mémoire flash, Innodisk centre son approche sur le secteur porteur des systèmes embarqués et porte plus précisément sa réflexion les contrôleurs eMMC (“embedded Multi-Media Controller”).

Ces derniers, omniprésents dans les domaines des télécommunications, des transports ou encore de l’électroménager, répondent idéalement aux exigences de ces applications en termes d’empreinte, de durabilité et d’efficience énergétique.

Mais ils présentent un talon d’Achille : leurs performances sont limitées, tout du moins par rapport aux dispositifs qui intègrent une interface SATA.

C’est ce paramètre qui différencie les nouveaux nanoSSD d’Innodisk : sur un support de taille réduite (16 x 20 x 2 mm, soit environ 1% du gabarit d’un SSD 2,5 pouces), la flash NAND – MLC ou SLC selon les modèles – est associée à un contrôleur SATA 3.

innodisk_ssdCette alliance se traduit par des débits en lecture de 480 Mo/s, idéal pour l’amorçage de systèmes d’exploitation ou l’utilisation en tant que cache.

Les 175 Mo/s atteints en écriture par la version 3SE (équipée de NAND SLC) permet par exemple d’accélérer les opérations de sauvegarde de données.

L’une des limites de ces nanoSSD reste la capacité de stockage, qui varie en l’occurrence de 2 à 32 Go. En revanche, la consommation électrique ne dépasse pas 1 W durant les opérations de traitement.

Outre l’électronique embarquée (automobile, robotique, domotique…), PC portables ultra-fins, smartphones, tablettes, appareils photo et clés USB constituent d’autres cibles potentielles pour ce produit qui encaisse les chocs de 1500G et tolère les écarts thermiques de -40 à 85 degrés.

Maître de son firmware propriétaire, Innodisk peut également optimiser plus efficacement la durée de vie de ses nanoSSD, garantis 5 ans avec un MTBF (intervalle moyen entre deux défaillances) de 3 millions d’heures.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : les périphériques de stockage, ça vous connaît ?

Crédit photo : Innodisk


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur