Innovation 2020 (volet 3): Microsoft veut prendre le contrôle de la maison

Mobilité

Le développement du foyer numérique donne des perspectives vertigineuses dans
divers domaines : loisirs, domotique, énergie.

Jusqu’où Microsoft compte-t-il pénétrer dans les foyers ? Difficile de trouver une limite lorsque la fiction rejoint la réalité dans les laboratoires de l’éditeur voire la maison de Bill Gates.

Déjà dans son ouvrage La route du futur (1) publié en 1995, Bill Gates proposait une visite de sa villa futuriste implantée au bord du lac Washington à Seattle. La technologie de pointe de la maison Gates n’est pas uniquement dédiée aux loisirs, elle répond aussi aux besoins domestiques communs : chaleur, lumière, confort, commodité et sécurité.

Pour la dernière partie de son exposé sur ce que pourrait être les nouvelles technologies à l’horizon 2020 qui s’est déroulé dans le cadre des TechDays de Microsoft France (une convention qui s’est déroulée du 5 au 7 février Porte Maillot à Paris), Bernard Ourghanlian a résumé les principales orientations de Microsoft sur le thème du foyer numérique. Une voie facilitée par la fusion de l’environnement professionnel qui empiète de plus en plus dans la sphère de la vie personnelle, selon le Directeur Technologies de Microsoft France.

Fournisseur d’énergies et de services IT

Dans la vision de Microsoft, il ne s’agit pas seulement d’investir le salon avec ses produits dédiés aux loisirs numériques comme la Xbox ou de placer un ordinateur dans la cuisine afin de trouver plus facilement une recette de cuisine sur Internet. Non, Microsoft veut vraiment investir la maison à tous les étages. “De nouveaux scénarios et usages apparaissent”, indique Bernard Ourghanlian qui énumère plusieurs pistes comme la gestion de l’énergie ou l’assistance aux personnes âgées par le biais des nouvelles technologies.

On pourrait même imaginer un disjoncteur central d’un maison connecté à Internet, qui permettrait de faciliter la supervision de l’énergie qu tendrait vers la basse consommation (notamment en remplaçant des ampoules par des diodes blanches). A travers une unité de contrôle équipé d’un pont WSDL/IP (2), Microsoft se propose de devenir fournisseur de services et d’énergie afin d’irriguer toutes les pièces d’un seul et même foyer.

Si Microsoft a prévu sur le papier ce genre ce déploiement, il paraît difficile de réaliser ces prestations en solo. Outre les efforts à réaliser dans le domaine de la domotique, il faudra que l’éditeur se rapproche des spécialistes des circuits électriques dans les bâtiments. Dans les locaux de Microsoft France, il est déjà possible de voir des démonstrations dans ce sens avec des commutateurs et interrupteurs estampillés Legrand.

Windows Home Server, le “tout en un”

Le futur de l’informatique dans la maison prend différentes facettes. Et le PC connecté à Internet (avec accès aux services de communication Live de Microsoft naturellement) ne constitue qu’une brique élémentaire.

Petit flashback : à l’occasion du dernier Consumer Electronics Show de Las Vegas qui s’est déroulé le mois dernier, Bill Gates a dévoilé le Windows Home Server, une passerelle multimédia et multi-supports qui a vocation à connecter tout appareil numérique, avec ou sans fil. Petit “retour vers le futur” mardi dernier avec la conférence de presse Innovation 2020 des TechDays : c’est surtout la fonction de sauvegarde “rapide et facile” des fichiers d’un PC qui a été mise en avant sur ce serveur familial.

Mais on voit bien que Microsoft a des ambitions qui vont bien au-delà. Windows Home Server pourrait devenir l’unité centrale de convergence facilitant les accès à distance de tout appareil numérique du foyer : la console de jeux Xbox ou le PC nomade grand public Origami (connecté ou déconnecté d’ailleurs) par exemple.

Malgré cette vision ludique du foyer numérique et les promesses d’int eractions homme-machine enrichies, Microsoft risque de conserver l’étiquette de Big Brother, que ses détracteurs aiment tant mettre en avant. Il est vrai que ses perspectives d’un monde meilleur numérique est à contrebalancer aves d’éventuels effets contraignants. On pourrait comparer l’approche du futur par Microsoft avec la vision de Jacques Attali dans son dernier ouvrage Une brève histoire de l’avenir (3). D’ici 2050, l’essayiste prédit notamment une montée en puissance d’environnements favorisant “l’hyper-surveillance” voire “l’auto-surveillance”. De quoi méditer sur l’implication des nouvelles technologies dans notre vie au quotidien.

Jusqu’où Microsoft compte-t-il pénétrer dans les foyers ? Difficile de trouver une limite lorsque la fiction rejoint la réalité dans les laboratoires de l’éditeur voire la maison de Bill Gates.

Déjà dans son ouvrage La route du futur (1) publié en 1995, Bill Gates proposait une visite de sa villa futuriste implantée au bord du lac Washington à Seattle. La technologie de pointe de la maison Gates n’est pas uniquement dédiée aux loisirs, elle répond aussi aux besoins domestiques communs : chaleur, lumière, confort, commodité et sécurité.

Pour la dernière partie de son exposé sur ce que pourrait être les nouvelles technologies à l’horizon 2020 qui s’est déroulé dans le cadre des TechDays de Microsoft France (une convention qui s’est déroulée du 5 au 7 février Porte Maillot à Paris), Bernard Ourghanlian a résumé les principales orientations de Microsoft sur le thème du foyer numérique. Une voie facilitée par la fusion de l’environnement professionnel qui empiète de plus en plus dans la sphère de la vie personnelle, selon le Directeur Technologies de Microsoft France.

Fournisseur d’énergies et de services IT

Dans la vision de Microsoft, il ne s’agit pas seulement d’investir le salon avec ses produits dédiés aux loisirs numériques comme la Xbox ou de placer un ordinateur dans la cuisine afin de trouver plus facilement une recette de cuisine sur Internet. Non, Microsoft veut vraiment investir la maison à tous les étages. “De nouveaux scénarios et usages apparaissent”, indique Bernard Ourghanlian qui énumère plusieurs pistes comme la gestion de l’énergie ou l’assistance aux personnes âgées par le biais des nouvelles technologies.

On pourrait même imaginer un disjoncteur central d’un maison connecté à Internet, qui permettrait de faciliter la supervision de l’énergie qu tendrait vers la basse consommation (notamment en remplaçant des ampoules par des diodes blanches). A travers une unité de contrôle équipé d’un pont WSDL/IP (2), Microsoft se propose de devenir fournisseur de services et d’énergie afin d’irriguer toutes les pièces d’un seul et même foyer.

Si Microsoft a prévu sur le papier ce genre ce déploiement, il paraît difficile de réaliser ces prestations en solo. Outre les efforts à réaliser dans le domaine de la domotique, il faudra que l’éditeur se rapproche des spécialistes des circuits électriques dans les bâtiments. Dans les locaux de Microsoft France, il est déjà possible de voir des démonstrations dans ce sens avec des commutateurs et interrupteurs estampillés Legrand.

Windows Home Server, le “tout en un”

Le futur de l’informatique dans la maison prend différentes facettes. Et le PC connecté à Internet (avec accès aux services de communication Live de Microsoft naturellement) ne constitue qu’une brique élémentaire.

Petit flashback : à l’occasion du dernier Consumer Electronics Show de Las Vegas qui s’est déroulé le mois dernier, Bill Gates a dévoilé le Windows Home Server, une passerelle multimédia et multi-supports qui a vocation à connecter tout appareil numérique, avec ou sans fil. Petit “retour vers le futur” mardi dernier avec la conférence de presse Innovation 2020 des TechDays : c’est surtout la fonction de sauvegarde “rapide et facile” des fichiers d’un PC qui a été mise en avant sur ce serveur familial.

Mais on voit bien que Microsoft a des ambitions qui vont bien au-delà. Windows Home Server pourrait devenir l’unité centrale de convergence facilitant les accès à distance de tout appareil numérique du foyer : la console de jeux Xbox ou le PC nomade grand public Origami (connecté ou déconnecté d’ailleurs) par exemple.

Malgré cette vision ludique du foyer numérique et les promesses d’int eractions homme-machine enrichies, Microsoft risque de conserver l’étiquette de Big Brother, que ses détracteurs aiment tant mettre en avant. Il est vrai que ses perspectives d’un monde meilleur numérique est à contrebalancer aves d’éventuels effets contraignants. On pourrait comparer l’approche du futur par Microsoft avec la vision de Jacques Attali dans son dernier ouvrage Une brève histoire de l’avenir (3). D’ici 2050, l’essayiste prédit notamment une montée en puissance d’environnements favorisant “l’hyper-surveillance” voire “l’auto-surveillance”. De quoi méditer sur l’implication des nouvelles technologies dans notre vie au quotidien.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur