Innovation: Orange teste un terminal nomade pour lire la presse numérique

Mobilité
Information - news

L’opérateur lance une expérimentation orientée “kiosque à journaux mobile” avec cinq partenaires médias.

Gutemberg doit se retourner dans sa tombe. Selon Orange, l’imprimerie deviendrait dépassée au point qu’il serait temps de passer au tout numérique

Rêve de labo ou prochain produit phare ? Alors que HDS vient de lancer via Relay.fr un service de kiosque de magazines numériques avec consommation illimitée sur le PC, Orange a annoncé que 150 clients bêta-testeurs allaient prendre en main un nouveau terminal électronique baptisé Read and Go pour une période deux mois. Un questionnaire de recrutement est déjà en ligne.

Se présentant comme une tablette disposant d’un écran à microbilles polarisées et d’une connectivité 3G/Wi-Fi, il sera possible de lire cinq journaux partenaires de l’opération (Le Monde, Le Parisien, Les Echos, L’Equipe, Télérama) dont les contenus seront réactualisés heure par heure.

Selon l’opérateur qui présente le terminal sur sa Web TV dédiée à l’innovation, “l’expérimentation permettra notamment d’étudier l’usage de ce nouvel écran dans la lecture de l’information en mobilité ainsi que l’ergonomie de l’offre et du terminal associé”.

A noter que Read and Go dispose d’une capacité de stockage de 1 Go et embarque une e-bibliothèque d’une trentaine de livres (littérature, BD, jeunesse,pratique…) mis à disposition par plusieurs éditeurs également partenaires. Vendredi, nous avons tenté d’avoir des précisions de la part du service presse d’Orange sur le sujet. En vain.

Des supports mobiles qui s’adaptent déjà à la lecture

Difficile d’allier les journaux électroniques sur un terminal nomade adapté avec le confort d’usage. En France, le quotidien économique Les Echos (partenaire de Read and Go d’Orange) dispose déjà d’une offre dédiée un lecteur “iRex” (qui coûte la modique somme de 769 euros TTC), couplé à un abonnement annuel.

De plus, même si les usages sont émergents, la concurrence potentielle entre support mobile est déjà rude. Les téléphones mobiles multimédia et autres smartphones intégrant le Wi-Fi couplés à des forfaits 3G permettent déjà d’accéder à des aggrégateurs de flux RSS. Par exemple, le journal Libération a sa propre édition adaptée à l’iPhone d’Apple.

Parallèlement, le développement des ordinateurs au format ultra-portable (qui accepte les clés 3G et supporte le Wi-Fi) laisse encore moins de place à l’emergence de terminaux dédiés pour la lecture numérique. Ou alors la valeur ajoutée devra être très forte…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur