Innovation : Siderion personnalise l’accueil téléphonique

Mobilité

Cette jeune entreprise bordelaise a mis au point un logiciel qui identifie les numéros des appelants et re-dirige les communications vers le bon interlocuteur.

“Le téléphone, on nous en parle en termes de prix et de convergence. Nous, nous disons : le téléphone devrait être connecté à toutes les informations que nous donnons sur notre vie”, prévient Charles Consel, co-fondateur de Siderion Technologies. Son produit VisuCom, qui permet de gérer les appels entrants d’une entreprise, a été dévoilé mardi matin (29 janvier) à l’occasion d’un point presse.

VisuCom comprend deux parties. D’abord, un “Atelier”, qui permet, grâce à des outils visuels, d’élaborer des règles simples de reroutage des appels, propres à chaque entreprise. Par exemple : “si le numéro du téléphone qui appelle est celui d’un client important, il faut déclencher pendant l’attente une musique avec un message personnalisé”. Et ensuite, un site Web qui permet aux utilisateurs finaux de paramétrer ces règles. Par exemple : “Les clients du directeur commercial doivent être d’abord dirigés vers son fixe, puis vers son portable, puis son assistante.”  VisuCom se charge ensuite de traduire ces instructions en langage informatique compréhensible par les centraux téléphoniques (PABX en IP ou en RTC).

“Nous sommes capables d’extraire des informations dans n’importe quelle base de données de l’entreprise et de nous en servir pour personnaliser l’accueil téléphonique des clients, assure Fabien Latry, depuis les bureaux de Siderion, à Talence, près de Bordeaux. Par exemple, nous pouvons récupérer les noms et les numéros de téléphone des interlocuteurs habituels des salariés sur la liste de leurs contacts Outlook ou les disponibilités ou les indisponibilités qu’ils affichent dans leurs agendas Google.”

Résultat, si le numéro qui appelle correspond à celui d’un client, VisuCom va chercher son interlocuteur attitré au sein de l’entreprise, consulter l’agenda de celui-ci, voir qu’il est en réunion dans une salle dotée d’un poste fixe et rerouter l’appel vers ce téléphone… Bouygues Telecom s’intéresse déjà à cette technologie, qui, par ailleurs, a été testée par deux entreprises bordelaises Atoocall (secrétariat externalisé) et CSIE (développement de logiciels).

Une technologie élaborée dans le cadre d’un doctorat

Il a fallu trois ans à Fabien Latry, le deuxième des trois co-fondateurs de Siderion, pour mettre au point cette technologie, dans le cadre de son doctorat à l’Enseirb (Ecole Nationale Supérieure d’Electronique, d’Informatique et de Radiocommunications de Bordeaux), où Charles Consel enseigne. Ce doctorat a été réalisé dans le cadre d’un contrat avec l’Inria (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique).

Siderion constitue la 83ème société essaimée par l’Inria en 24 ans. Statistiquement, elle a une chance sur deux de survivre : la moitié des spin-off de l’Inria ont en effet déjà disparu. A moins qu’elle ne finisse comme GrandCentral, une société californienne spécialisée dans le routage des appels des individus (un seul numéro à appeler qui est ensuite rerouté, en fonction des besoins, vers le fixe ou le mobile de la personne) : elle a été rachetée en juillet dernier par Google pour quelque 50 millions de dollars !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur