La montée en puissance d’Instagram Stories devrait préoccuper Snapchat

Apps mobilesMarketingMobilitéSocial Media
instagram-stories

Le format Instagram Stories s’enrichit d’animations et séduit 200 millions d’utilisateurs au quotidien. De quoi titiller Snapchat qui avait introduit le concept.

Instagram (app de partage de photos et de vidéos de Facebook) est récemment entré dans la scène de l’éphémère. Sa conversion remonte à huit mois et cela paie : 200 millions d’utilisateurs au quotidien exploite son format Stories. En janvier, on parlait de 150 millions d’adeptes actifs.

Une progression à placer dans le contexte de son audience globale avec 600 millions d’utilisateurs Instagram « actifs ».  Néanmoins, prenons quelques précautions : Instagram ne précise toutefois pas la répartition entre créateurs de Stories et utilisateurs qui ne font que visionner les séquences éphémères réalisées par leur entourage.

Le format Story est une fonctionnalité qui « permet de partager tous les moments de votre journée ». Ce format éphémère (le contenu disparaîtra au bout de 24 heures) consiste en des photos et des vidéos compilées dans un slideshow et constitue « your story » (« votre histoire »).

Cette montée en puissance d’Instagram dans l’éphémère a de quoi inquiéter Snapchat qui avait pourtant introduit cette dimension dans les réseaux sociaux. Lors de son process d’introduction en Bourse (concrétisée en mars), l’app communautaire d’Evan Spiegel et Bobby Murphy  revendiquait 158 millions de membres actifs.

Selfie Sticker, Geosticker : de nouvelles animations débarquent

Sur fond de ce cap d’audience atteint, Instagram lance des nouveautés comme le Selfie Sticker ou comment épingler des stickers à des vidéos dans les Stories. La démarche est précisée dans un billet de blog.

Le Selfie Sticker permet de placer son visage n’importe où dans les Stories. Concrètement, lorsqu’on prend une photo ou qu’on réalise une vidéo, il suffit d’effectuer un tap sur le Smiley pour voir apparaître un nouveau Sticker en forme d’icône d’appareil photo qui permet de capturer un « mini-selfie ». A sa guise, l’utilisateur pourra ajuster sa taille, le cadre appliqué et le modifier avec tous les outils créatifs à disposition.

Lancés en mars dernier, les Geostickers débarquent prochainement dans des villes aussi diverses que Chicago, Londres, Madrid et Tokyo. Une manière d’exploiter des « autocollants » aux couleurs de la vie locale en fonction de ses lieux de vie ou de destination de voyage. Là aussi, le concept de Geosticker était apparu via Snapchat dès 2014.

Dans la série des nouveautés, Instagram propose aussi d’épingler un sticker dans une vidéo.  On n’échappe pas à la comparaison :  Sticker 3D permet d’ajouter  un sticker dans Snapchat en exploitant la réalité augmentée. Une fonctionnalité initiée il y a un an.

Pour pousser ce lot de nouvelles options d’interaction, Instagram s’est appuyée sur la technologie de Masquerade, start-up entrée dans le giron de Facebook en mars 2016. Celle-ci s’était illustrée avec son application mobile MSQRD de filtres (de type masques) en temps réel à appliquer sur des vidéos et des clichés.

Déployés sur Facebook et Messenger, les filtres sont donc maintenant appliqués au format Stories d’Instagram.

On constate qu’Instagram duplique de plus en plus souvent des fonctions similaires à Snapchat. Jusqu’à l’exploitation des noms des fonctions (Instagram Stories vs Snapchat Stories). Kevin Systrom, fondateur d’Instagram, l’avait d’ailleurs reconnu :  Snapchat « méritait tout le crédit ». Mais c’est de bonne guerre.

(Crédit photo : @Instagram)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur