Intégration : le Biztalk nouveau est arrivé

Cloud

Avec la nouvelle version de son outil d’intégration Biztalk Server 2004, Microsoft propose un produit bien moins cher que les plates-formes propriétaires et poursuit sa conquête du marché de l’intégration applicative.

Microsoft lance Biztalk Server 2004, la troisième édition de son serveur d’intégration. Parmi les améliorations, on compte un plus grand potentiel de montée en charge, l’adjonction d’un moteur de règles de gestion et l’intégration de l’environnement de développement de Biztalk Server dans la plate-forme de développement de Microsoft, Visual Studio ?Net. Microsoft présente Biztalk Server 2004 comme une évolution majeure de son serveur d’intégration. Rappelons que le secteur de l’intégration applicative était, il y a encore trois ou quatre ans, dominé par quelques éditeurs tels que WebMethods, Tibco, Vitria ou Seebeyond, qui commercialisaient des outils propriétaires.

Ce secteur a été quelque peu bouleversé par l’émergence de standards comme XML, les connecteurs d’applications JCA (J2EE Connector Architecture) et les standards des services Web, en particulier SOAP et WSDL (voir édition du 22 septembre 2003). En conséquence est apparue une nouvelle classe d’outils d’intégration ? appelés ESB (enterprise service bus) par le Gartner Group – basés sur ces standards, dont la caractéristique est d’être nettement moins chère que les plates-formes propriétaires, bien que d’une richesse fonctionnelle moindre. Biztalk Server participe de cette mouvance et vise théoriquement les PME-PMI. Il sera commercialisé à partir d’avril au prix de 25 000 dollars par processeur. Cela dit, Biztalk peut également intéresser de plus grandes entreprises, comme en témoigne l’un de ses premiers utilisateurs, Virgin Entertainment Group, qui l’utilise dans le cadre d’un projet de détection des fraudes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur