Intel abandonne le Tulloch mais pas la Rambus

Mobilité

Intel a discrètement confirmé l’abandon d’un nouveau chipset, le Tulloch, exploitant la mémoire Rambus. Officiellement pour des raisons techniques tout à fait justifiées face aux évolutions de la DDR SDRam concurrente. Si Intel continue de préconiser la Rambus pour les configurations haut de gamme, le fondeur s’investit de plus en plus dans la DDR.

Y aurait-il de l’eau dans le gaz entre Intel et Rambus ? Intel a en effet confirmé l’abandon du Tulloch, nom de code d’un chipset compatible avec la RDRam pour Pentium 4 et prévu pour être produit au troisième trimestre 2002. Il ne sera pas remplacé. Un projet abandonné “tout simplement parce que le Tulloch est un circuit monocanal alors que l’actuel i850 est bicanal”, explique un porte-parole d’Intel France. Rappelons que la technologie de Rambus consiste à gérer le transfert de mémoire sur un bus de 16 bits cadencé à 800 MHz, ce qui lui permet d’atteindre 1,6 Go/s de bande passante en monocanal et 3,2 Go/s, donc, sur deux canaux. En somme, l’abandon du Tulloch s’expliquerait logiquement par son aspect technologique dépassé face à la DDR.

Pourtant, le Tulloch se présentait comme une alternative économique concurrente de la DDR SDRam. Mais la mémoire Rambus en elle-même reste toujours trois fois plus onéreuse que la DDR SDRam, effaçant les économies réalisées sur le circuit logique. Il est vrai qu’entre le moment où Intel a choisi la voie de la RDRam en 1996 et aujourd’hui, le fondeur a revu sa stratégie pour s’investir dans la SDRam avec le récent chipset i845 et dans la DDR SDRam à travers l’évolution prochaine de l’i845 (le 845E ?) annoncée officiellement pour le début 2002.

Rambus résolument haut de gamme … du fait de son prix

Bref, Intel abandonne le Tulloch, pour des raisons techniques, mais pas la Rambus. Pas encore, du moins. D’abord parce qu’un contrat en cours lie Intel à Rambus (voir édition du 18 septembre 2001). Ensuite, Intel oriente l’exploitation de la RDRam vers le haut de gamme (serveurs, stations de travail, ordinateurs de bureau “musclés”). Mais sachant que la DDR remplace progressivement la SDRam encore majoritaire sur le marché, et que le tarif de la RDRam ne justifie pas les différences de performances effectives avec la DDR, la question de l’avenir de la technologie Rambus au sein des produits Intel risque de vite se poser à Santa Clara. En attendant, l’évolution de la gestion de la RDRam se poursuit avec une nouvelle version du chipset i850.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur