Intel aime les objets connectés de Basis Science

Régulations

Intel s’offre un point d’appui dans l’Internet des objets en rachetant l’Américain Basis Science et ses bracelets fitness connectés.

Confronté à l’évolution profonde du paradigme informatique dans l’ère dite du “post-PC”, Intel a deux boussoles pour 2014 : la mobilité… et les objets connectés.

Pour s’ouvrir à ces nouveaux usages, terminaux et écosystèmes, la multinationale a récemment élargi son portefeuille technologique avec une plate-forme de communication LTE-Advanced ou encore de nouveaux SoC Atom pour tablettes et smartphones. Elle réalise aujourd’hui une acquisition stratégique inscrite dans la tendance du “wearable computing”, ces vêtements et accessoires “intelligents”.

Les sources “proches du dossier” qui se sont confiées à TechCrunch évaluent entre 100 et 150 millions d’euros la somme investie dans le rachat de Basis Science. Basée à San Francisco depuis sa prise d’exercice en 2010, cette start-up s’est fait connaître en commercialisant, pour 199 dollars, un bracelet de fitness connecté. A la manière du Jawbone Up (qui est l’un de ses principaux concurrents), le produit capte des données comme la tension et le rythme cardiaque, la qualité du sommeil, le nombre de pas, etc. Lié à un tableau de bord en ligne, il propose notamment à l’utilisateur de se fixer des objectifs de performances ou d’alimentation.

bracelet-basisSoutenu à hauteur de 32 millions de dollars par des investisseurs privés dont les fonds américains de capital-investissement Norwest Partners et DCM, Basis Science entretenait déjà des liens capitalistiques avec Intel. Un représentant de la firme siégeait même à son conseil d’administration depuis octobre 2013.

Les activités et les effectifs de la jeune société seront intégrés dans la division “New Devices” d’Intel, dont le nouveau directeur général n’est autre que Jef Holove, CEO et fondateur de Basis Science. Le dirigeant assure que la commercialisation du bracelet baptisé Basis se poursuivra, tout comme le support utilisateur. Quant à la politique de protection de la vie privée, “elle n’évoluera pas”.

Intel s’offre là un tremplin supplémentaire vers le monde des objets connectés, avec l’objectif d’élaborer des plates-formes et composants de référence, à l’image de cette gamme de puces basse consommation Quark présentée l’été dernier. Portés par une vision large du marché des biens technologiques, les investissements stratégiques se multiplient. L’un des derniers en date a été réalisé dans l’entreprise canadienne Recon Instruments. Ce spécialiste de l’affichage tête haute (HUD) développe des dispositifs comparables aux lunettes connectées Google Glass, mais plus avancés technologiquement et destinés à des applications plus précises, tout particulièrement dans le sport.

Il est aussi question d’une collaboration avec Alcatel-Lucent et Cisco pour adapter l’infrastructure réseau, notamment par l’adoption de standards, pour en réduire les coûts et assurer de façon fiable l’interaction entre des milliards d’équipements connectés. Il s’agira tout particulièrement  d’accélérer l’adoption du SDN (“Software-Defined Networking”), qui permettra d’automatiser le pilotage à travers une couche d’abstraction, en virtualisant une partie de l’infrastructure.

basis-intel

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous des montres connectées ?

Crédit illustrations : Basis Science


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur