Intel et Nokia s’associent autour du WiMax

Mobilité

L’accord signé entre les deux groupes high-tech vise à accélérer le déploiement de la technologie sans fil. Bientôt des téléphones WiMax?

Décidément, ces derniers temps, Intel a le don de séduire des acteurs qui prenaient un soin particulier à garder leurs distances avec le fondeur de Santa Clara. Après avoir conquis Apple (voir édition du 6 juin 2005), Intel annonce, aujourd’hui vendredi 10 juin, avoir passé un partenariat avec Nokia pour accélérer le déploiement de la technologie WiMax (Worldwilde Interoperability for Microwave Access). Rappelons que le WiMax est un peu considéré comme le haut débit du Wi-Fi. Technologie radio, le WiMax autorise des débits théoriques de plus de 50 Mbits/s par point d’accès sur des dizaines de kilomètres (voir édition du 18 avril 2005).

L’accord signé entre les deux entreprises vise à la fois à équiper les terminaux, téléphones mobiles comme ordinateurs portables, afin de supporter le WiMax de manière optimale, mais aussi sur les stations d’accueils (les antennes relais) afin de permettre le déploiement de réseaux dans un contexte économique viable. Intel et Nokia travaillerons également à la finalisation de la spécification 802.16e, qui doit être normalisée dans le courant de l’année, et aux autres fonctionnalités définies par le consortium d’industriels WiMax Forum dont font évidemment parti les deux acteurs. Le 802.11e apportera au WiMax les fonctionnalités de roaming qui permettent de passer d’une liaison (ou point d’accès) à une autre sans interruption de la communication. Une fonction indispensable pour espérer développer les services de téléphonie mobile.

La 3G concurrencée

Souvent présentée comme la technologie idéale pour apporter les communications Internet à haute vitesse dans les zones blanches, le WiMax se place aussi comme un complément de l’ADSL et des réseaux de téléphonie 3G. Du moins selon la vision d’Intel qui ne peut se permettre de placer le WiMax en frontal des réseaux existants. Notamment la 3G (UMTS) que nombre d’opérateurs viennent d’activer ces derniers mois. Pourtant, il est difficile de ne pas y voir un concurrent, tant par les services qu’il apportera que par les coûts de déploiement de réseaux.

Aucune date n’a été avancée quant à l’arrivée des solutions d’équipement, tant pour les terminaux que pour les équipementiers. En France, Altitude Télécom a ouvert plusieurs réseaux WiMax, notamment dans l’Eure où l’opérateur a déployé les services de voix sur IP (voir édition du 5 avril 2005). De son côté, Intel a déjà démarré la commercialisation de sa plate-forme Rosedale, nom de code de sa puce WiMax a destination des ordinateurs portables (voir édition du 18 avril 2005). Quand le numéro un des terminaux mobiles s’associe au numéro un des processeurs, il y a de grandes chances que les technologies qu’ils défendent finissent par s’imposer…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur