Intel et Rambus prolongent leur turbulente lune de miel

Mobilité

L’accord signé en 1996 entre Intel et Rambus autour de la fabrication de chipsets basés sur la mémoire vive RDRam est prolongé de cinq ans. Une façon, pour les deux acteurs de cette saga à rebondissements, de contredire les spéculations sur un divorce amorcé avec l’arrivée de l’i845 dédié à la SDRam concurrente. Les détails du contrat n’ont pas été révélés.

Lundi 17 septembre, Intel et le concepteur de mémoires vives Rambus ont renouvelé l’accord signé en 1996 autour de l’exploitation des technologies RDRam. Rappelons qu’Intel avait attaché l’architecture du Pentium 4 à la mémoire Rambus (voir édition du 11 septembre 2001) avant de reconnaître l’erreur stratégique de ce choix (voir édition du 19 octobre 2000) pour finalement se rabibocher officiellement (voir édition du 1er mars 2001). Une série de revirements à l’image des déboires en justice de Rambus (voir notamment édition du 13 août 2001). Les deux acteurs n’ont pas détaillé les termes de cet accord. Mais, selon notre confrère américain Electronic News, l’accord donne à Intel l’accès à toutes les technologies de Rambus sans avoir à acquérir les brevets nécessaires, que ce soit sur la RDRam ou sur les produits réseau (routeurs, commutateurs). De son côté, Rambus bénéficiera du soutien du fondeur de Santa Clara pour le développement de ses mémoires rapides.

Alors que l’architecte du Pentium 4 a lancé récemment son chipset i845 qui permet de coupler de la “simple” SDRam au P4 (voir édition du 11 septembre 2001), l’accord renouvelé entre les deux parties dément, contre toute attente, tout abandon de la RDRam par Intel. “Ce contrat permettra à Intel de rester leader dans la production de chipsets haute performance”, a déclaré le PDG d’Intel, Craig Barret, lors d’une conférence de presse téléphonique. “Nous pousserons notre collaboration avec Rambus dans les futurs développements des composants logiques et de communication compatibles avec la RDRam en parallèle avec le soutien de l’InfiniBand et des autres initiatives.” Si le discours de Craig Barrett noie les doutes, ce ne sera pas la première fois que le numéro 1 du fondeur se contredit d’une semaine à l’autre. Les montants des royalties que verse Intel à Rambus n’ont pas été dévoilés. Il s’agit d’un versement trimestriel qui couvrira les cinq prochaines années. On parle de 8 à 10 millions de dollars par trimestre. A ce prix, Intel aurait plus vite fait de racheter Rambus.

De la RDRam à 533 MHz

Les prochains développements de Rambus devraient porter sur la PC1066, une mémoire RDRam à 133 MHz “quad-pumped”, équivalente à 533 MHz. Cette mémoire devrait se révéler moins onéreuse que l’actuelle PC800. Bref, on reprend les mêmes et on recommence, à la différence qu’Intel a, cette fois, pris soin de se ménager une porte de sortie en reprenant les développements de chipsets basés sur la SDRam et la DDR-SDRam.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur