Intel frappé à nouveau par un bogue

Mobilité

Le nouveau Pentium III souffre d’un défaut qui vient s’ajouter à la liste des déboires accumulés par Intel ces dernières semaines.

Dès que le mot bogue est prononcé, les ingénieurs d’Intel tremblent, et les responsables réaffirment qu’il ne s’agit que d’un défaut mineur. Révélé mercredi par notre confrère britannique The Register, le bogue qui frappe certains Pentium III commercialisés depuis la fin octobre pose tout de même un sérieux problème à Intel. Les composants défectueux se bloquent parfois au démarrage de l’ordinateur, obligeant à éteindre et rallumer la machine. Intel a expliqué que seulement 1% à 2% des composants souffrent d’un défaut et que le problème n’avait été observé qu’en laboratoire.

Intel a assuré que tout sera fait pour éliminer les composants défectueux à la sortie des chaînes de production, en attendant qu’un correctif soit apporté lors de la prochaine révision de la puce. Fin 1994, un problème plus sérieux avait été mis au jour. Les millions de Pentium livrés depuis plusieurs mois par Intel faisaient des erreurs de calculs dans certaines conditions. Le scandale avait obligé le géant à provisionner 500 millions de dollars pour remplacer les processeurs de ses clients.

Le problème est pris au sérieux par les constructeurs. Un porte-parole de Dell a expliqué à l’agence Reuters que l’entreprise avait cessé la production de ses Optiplex GX110, basés sur les nouveaux Pentium III, le temps d’analyser le problème dans ses laboratoires.

Connus sous le nom de Coppermine, les nouveaux Pentium III d’Intel accumulent les problèmes. Prévue en septembre dernier, la sortie des puces avait du être retardée jusqu’au 25 octobre, en raison d’un défaut du chipset i820, une pièce essentielle des cartes mères conçues pour tirer le meilleur parti des performances du Pentium III. Intel souffre également de difficulté de livraison des versions standard et mobile de ses nouvelles puces. Le constructeur utilise ses nouvelles lignes de production en 0,18 micron qui lui permettent en principe, de fabriquer des puces jusqu’à 733 MHz aujourd’hui, en attendant des fréquences supérieures qui sont attendues au début de l’année prochaine. De son côté, AMD a annoncé le lancement d’une version 750 MHz de ses Athlon, sans qu’on sache si ses usines seront en mesure de les livrer en grande quantité ce trimestre. Comme les Coppermine d’Intel, l’Athlon 750 est fabriqué avec le nouveau procédé de gravure en 0,18 micron.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur