Intel inaugure une nouvelle architecture processeur

Mobilité

Désormais, la puissance des processeurs ne passera plus par la fréquence de leur horloge mais se mesurera en “performances par watt”.

La course aux gigahertz est définitivement terminée. L’heure est désormais aux “performances par watt”. Tel est le signal qu’a lancé Paul Otellini en ouverture de l’Intel Developer Forum (IDF, du 23 au 25 août 2005 à San Francisco) et la direction que prendra désormais la société qu’il dirige. Ce qui implique un changement dans l’architecture des processeurs X86. Dès la mi-2006, les puces du fondeur bénéficieront d’une nouvelle architecture construite à partir du meilleur du Pentium 4 NetBurst (le bus frontal évolutif) et du Pentium M (la faible consommation d’énergie), plus quelques nouveautés. Les principales modifications porteront sur le pipeline et la mémoire cache. Le canal de traitement des instructions sera ramené à 14 niveaux (contre 20 pour le P4 Northwood, 31 pour le P4 Prescott et 12 pour l’Athlon 64) tandis que la mémoire cache de niveau 2 (L2) sera partagée entre les différents coeurs de la puce (alors qu’aujourd’hui chaque core dispose de son propre cache L2).

D’ici un an, les Merom, Conr? et Woodcrest (noms de code des prochaines gammes de processeurs) feront leur apparition respectivement sur les marchés des portables, des ordinateurs de bureau et des serveurs. Ils seront gravés en 65 nm (contre 90 nm aujourd’hui) et bénéficieront, naturellement, de la technologie multicoeur. Le directeur général en a profité pour annoncer qu’Intel avait plus de 10 projets de processeurs équipés de quatre coeurs ou plus dans ses cartons. L’ère du multicore est bel et bien instaurée.

Un facteur de 10

C’est notamment cette technologie qui promet d’augmenter la puissance de calcul sans tomber dans des consommations énergétiques difficiles à supporter. Intel se donne pour objectif d’abaisser considérablement les besoins énergétiques de ses processeurs tout en améliorant leur efficacité. “Notre percée technologique délivrera un “facteur de 10″ à une variété de plates-formes, ce qui réduira par 10 la consommation ou multipliera d’autant les performances par rapport aux produits actuels”, a déclaré Paul Otellini. Il a d’ailleurs estimé que l’optimisation des processeurs en matière de consommation électrique pourrait permettre d’économiser des milliards de dollars de facture électrique sur les millions de machines dans le monde.

Le dirigeant d’Intel a notamment évoqué un processeur destiné aux ordinateurs qui tiennent dans la main (Handtop PC), dotés d’outils de communication (un smartphone ?) et dont la consommation serait inférieure à 1 watt. En revanche, aucune allusion n’a été faite à la technologie Multi-Threading qui permet d’assurer virtuellement plusieurs traitements parallèles à partir d’un seul coeur de calcul. Il est vrai qu’avec le développement du multicore, cette technologie devient obsolète. Intel espère vendre plus de 60 millions de puces dual core en 2006.

Rattraper le retard par rapport à AMD

Le fondeur a en effet besoin de redorer son image technologique quelque peu ternie par les innovations de son rival AMD. Sur ces deux dernières années, AMD a basculé ses processeurs dans l’ère du 64 bits et a été le premier à lancer des produits dual core. Intel a suivi avec plus ou moins de bonheur. A l’occasion d’une conférence précédant l’IDF, Jonathan Douglas, un ingénieur d’Intel, a reconnu que le Pentium D n’était qu’un assemblage de deux Pentium 4, sans réelle optimisation architecturale. Les équipes d’Intel avaient manqué de temps pour concevoir une architecture multicore adéquate. Pour des raisons commerciales et marketing, Intel ne pouvait pas laisser le champs libre à son concurrent sur le sujet. Mais avec la nouvelle direction annoncée à l’IDF, l’entreprise de Santa Clara a bien l’intention de repartir sur de nouvelles bases censées répondre aux besoins des consommateurs, résidentiels comme professionnels. Il n’en reste pas moins qu’en matière de processeurs à coeurs multiples, AMD dispose de quelques mois d’avance.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur