Intel introduira le 64 bits dans ses Pentium en 2005

Mobilité

L’arrivée de la version Windows 64 bits justifiera le lancement de processeurs de bureau architecturés en 64 bits. De son côté, AMD se concentre sur les économies d’énergies.

En 2005, Intel proposera des processeurs dotés de la technologie 64 bits comme le fait depuis plus d’un an son concurrent AMD avec les Opteron et Athlon 64. La firme de Santa Clara étendra sa technologie EM64T ( Extended Memory 64 Technology) aux processeurs de bureau en 2005, Pentium et Celeron. Cette technologie est, pour l’heure, réservée à quelques Xeon et Pentium 4 haut de gamme.

Le fondeur a toujours dénié l’intérêt de cette technologie tant qu’il n’existait pas de système d’exploitation ? sous entendu Windows ? capable d’adresser les données et instructions sur 64 bits. Or, Microsoft devrait lancer sa version de Windows 64 bits en 2005. D’où le regain d’intérêt du fondeur pour cette technologie qui ne devait, à l’origine, pas être exploitée avant 2008. Le succès que rencontre AMD avec le 64 bits, notamment sur les Opteron, n’étant probablement pas étrangère au revirement du leader du marché des semi-conducteurs.

LaGrande pour Longhorn

En 2006, Intel devrait poursuivre ses développements en enrichissant ses puces de deux technologies : LaGrande Technologie (LT) et Vanderpool Technology/Silverdale Technology (VT/ST). Schématiquement, LT renforcera la sécurité du système et des données face aux attaques extérieures en réservant une zone d’exécution aux applications optimisées pour la technologie en question. VT/ST est présenté comme une évolution de l’HyperThreading, une technologie qui permet d’exécuter deux tâches simultanées par coeur processeur. Elle devrait renforcer la stabilité et le confort qu’apporte aujourd’hui l’HyperThreading.

Deux technologies qui coïncideront, là encore, avec l’arrivée de Longhorn, la future version de Windows, dont Microsoft n’a pas caché ses ambitions en matière de sécurité notamment à travers le programme NGSCB ( Next-Generation Secure Computing Base, ex-Palladium). NGSCB visera à garantir l’intégrité des applications en s’appuyant sur des composants matériels de la carte mère, notamment en faisant appel à une technologie de chiffrement.

Jusqu’à 80 % d’économie d’énergie

De son côté, AMD n’est pas en reste. Dans un registre différent, le fondeur de Sunnyvale a annoncé, le 6 décembre, qu’il enrichirait ses processeurs Opteron de la technologie d’économie d’énergie PowerNow! dans le courant du premier semestre 2005. Equivalente au Cool’n’Quiet des processeurs de bureau, PowerNow! réduit jusqu’à 80 % la consommation électrique du processeur quand celui-ci n’est pas pleinement utilisé. Une économie énergétique qui réduit donc les dégagements de chaleur et, par conséquence, les besoins en refroidissement. Sans parler des réductions de nuisances sonores causées par le fonctionnement des ventilateurs. PowerNow! est déjà exploitée pour les processeurs mobiles des ordinateurs portables.

Selon AMD, PowerNow! est implémenté depuis mai 2004 dans les Opteron. Mais, faute de BIOS adapté (le programme qui charge les principaux paramètres de fonctionnement des composants au démarrage de l’ordinateur), la technologie n’est pas exploitée dans les serveurs actuels. Elle le sera avec l’arrivée de cartes mères de nouvelle génération. Parallèlement, AMD fournira une application de mise à jour du BIOS destinés aux Opteron déjà équipés de PowerNow!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur