Intel investit pour la technologie 64 bits

Cloud

Le fondeur vient d’annoncer la création d’un fonds d’investissements de 250 millions de dollars pour inciter les développeurs à porter des applications nouvelles ou existantes sur les processeurs 64 bits, dont le Merced.

Doté d’une enveloppe d’environ 250 millions de dollars, le nouveau fonds d’investissement “Intel 64 Fund” compte de nombreux partenaires dont Compaq, Dell, Hewlett-Packard, NEC et SGI (anciennement connu sous le nom de Silicon Graphics). Cette enveloppe soutiendra financièrement les éditeurs indépendants (particulièrement ceux impliqués dans les applications Internet) pour les encourager à porter leurs titres sur les prochaines puces 64 bits d’Intel.

En effet, Intel doit s’assurer que les applications seront prêtes pour son nouveau processeur Merced. Or les développeurs hésitent à faire le saut technologique du 32 bits vers le 64 bits car le marché n’est pas encore établi. “C’est le problème de l’oeuf et de la poule”, commente Paul Stow, vice-président de la division serveurs chez Fujitsu. Les clients exigent un vaste portefeuille d’applications disponibles et en même temps les éditeurs retardent leurs efforts pour être sûr que la demande existe. “Intel veut rompre ce cercle vicieux”, explique le responsable.

Quoi qu’il en soit, le fondeur observe une position difficile à plus d’un titre. Voilà peu, Hewlett-Packard semblait déterminé à soutenir Merced en adoptant pour ses serveurs de classe N une architecture 64 bits prête pour accueillir le nouveau processeur (voir édition du 13 avril 1999). Or le constructeur aurait revu sa position. Des sources confidentielles ont confirmé cette semaine que HP laissera passer la première génération Merced pour accueillir directement la puce McKinley lors qu’elle sera disponible, au plus tard en 2001 d’après le calendrier d’Intel. Cette génération de puces 64 bits devrait multiplier par deux les performances du Merced première génération. Il faut souligner que les codes des applications devront être recompilés, sans quoi la différence entre Merced et McKinley passera inaperçue.

Lors d’une conférence Servertech ’99, l’analyste du cabinet Dataquest Peter Ffoulkes a indiqué que Merced risquait fort de connaître un succès commercial limité (voir édition du 6 mai 1999). Bref, les perspectives pour la puce sont encore incertaines. Sans compter qu’il y a déjà plusieurs mois, les ingénieurs de Compaq travaillant sur la plate-forme Merced se sont vu conseiller d’occuper leur temps à des fins plus utiles. Comprenez la plate-forme Alpha.

Pour en savoir plus : http://www.intel.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur