Intel lâche HomeRF pour Airport !

Mobilité

Dans la course à la “maison en réseau”, l’éventail de standards possibles fait peur à voir. Intel vient de trancher dans les économies d’échelle : HomeRF sera abandonné au profit de la norme Wi-Fi adoptée par les professionnels et choisie par Apple pour son Airport. L’avenir semble sourire à cette norme. Reste que le marché est à peine né, vu le prix encore élevé des technologies concernées…

L’avenir de la mise en réseau des domiciles semble prendre un nouveau tournant : jusqu’à aujourd’hui, ce marché en pleine émergence se cherchait sur la route du réseau sans fil. Au milieu des solutions proposées, trois se sont rapidement imposées : HomeRF, Wi-Fi et Bluetooth, ce dernier étant d’un usage un peu différent, il est vrai. De ce trio, seuls deux sortiront vainqueurs. Et Bluetooth en sera, car cette technologie est la seule à fonctionner à de très courtes distances, de la souris à l’ordinateur par exemple, ou du micro-casque au téléphone portable. Restent HomeRF et Wi-Fi, qui proposent la panacée : une mise en réseau de quelques mètres à quelques kilomètres ! De quoi équiper la maison, l’entreprise, les salles d’attente des gares, le TGV et même la rue, si tant est qu’on soit capable de surfer tout en marchant !

HomeRF perd le soutien d’Intel

Wi-Fi est désormais bien connu des utilisateurs de Macintosh. Il s’agit du sobriquet pour le standard développé par l’IEEE, et qui est plus connu sous son nom d’artiste : 802.11. Soutenu avant tout par Lucent Technologies, Apple, Cisco Systems ou 3Com, ce standard permet des débits similaires à ceux de l’Ethernet, mais sans fil. Dans sa déclinaison 802.11b, il permet d’atteindre 11 Mbits/s. De quoi surfer sur Internet tout en gardant un oeil sur le poulet qui rôtit. Et une version “durcie”, dite 802.11a, devrait permettre de réaliser quelque 54 Mbits/s. Par contre, HomeRF s’appuie sur une technologie proposant initialement des débits de 1,6 Mbit/s. Ce standard est appuyé jusqu’à présent par Motorola, Proxim, Siemens ou encore Compaq (voir édition du 21 octobre 1999). Ses membres ont dû batailler ferme jusqu’à l’automne dernier pour atteindre les 10 Mbits/s, car ils étaient accusés de brouiller l’écoute des émetteurs-récepteurs du standard Wi-Fi ! La justice leur a alors donné raison, laissant penser que les soutiens du Wi-Fi allaient se faire manger tout cru (voir édition du 4 septembre 2000). C’était sans compter sur la désaffection du pilier du standard HomeRF, Intel, qui vient d’annoncer qu’il se ralliait à Wi-Fi.

Ce revirement est expliqué par le géant des circuits intégrés en raison des synergies attendues sur les marchés professionnel et domestique. En gros, le géant qui développait jusqu’à présent les deux standards s’est aperçu que les professionnels privilégiaient Wi-Fi, que les performances supérieures à HomeRF rendent plus productif. Pour Intel, la norme qui s’impose aux professionnels sur ce type de marché est plus intéressante à utiliser également à domicile, car elle évite la complexité d’avoir à passer d’un produit à l’autre quand on passe de chez soi au bureau et inversement. Pour Dan Sweeney, le responsable “Réseau à la maison” d’Intel, le soutien de la norme HomeRF n’a plus de sens.

Un analyste du cabinet d’étude Yankee Group, Karuna Uppal, souligne l’événement : “Il s’agit d’un signal indiquant que HomeRF ne durera pas beaucoup plus longtemps. La vérité, c’est que nous sommes aux débuts du marché de la “maison en réseau”, et les gens seront attirés par les marques en lesquelles ils ont confiance. Vous avez 3Com, Dell, Lucent, Apple et maintenant Intel qui offrent désormais des produits Wi-Fi”. Les produits HomeRF d’Intel dureront encore quelques mois, jusqu’en juillet prochain, date à laquelle la firme lancera une ligne intitulée “AnyPoint”, qui s’appuie sur l’IEEE 802.11b.

Vers la compatibilité de Bluetooth et Wi-Fi

Ce choix d’Intel souligne la convergence que connaît également cette branche du secteur de l’électronique. Les spécialistes de 3Com indiquaient que les incompatibilités entre Bluetooth et Wi-Fi seraient vite levées et il semble que ce soit aujourd’hui le cas, même si aucun produit n’est encore commercialisé. Les économies d’échelles possibles en utilisant les mêmes puces pour soutenir deux formats de transmission de données, l’un à courte distance, l’autre à longue distance, sont aussi une raison qui pourrait faire pencher les constructeurs vers Wi-Fi plutôt que HomeRF. Et Intel n’a jamais caché que son choix initial pour ladite norme était en partie motivé par son coût inférieur. Outre les qualités intrinsèques de Wi-Fi, sa compatibilité avec Bluetooth et les économies d’échelles potentielles pourraient faire partie des critères retenus par l’électronicien pour son rapprochement d’Airport. Le standard choisi et lancé voici presque deux ans par Apple a sans doute de beaux jours devant lui…

Pour en savoir plus :

* Le site “Maison en réseau” d’Intel (en anglais)

* Le site de l’association WECA qui soutient le Wi-Fi (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur