Intel lance sa plate-forme Centrino

Mobilité

Intel profite du Cebit pour lancer sa plate-forme communicante Centrino, composée d’un nouveau processeur mobile, d’un chipset dédié et d’un contrôleur radio WiFi. Bien que déjà adopté par les principaux constructeurs, son succès dépendra du déploiement de la technologie WiFi.

Intel a choisi le jour d’ouverture du salon informatique de Hanovre, le Cebit (du 12 au 19 mars 2003), pour lancer officiellement sa plate-forme Centrino. Rappelons que Centrino est une solution communicante destinée aux ordinateurs portables et comprenant un processeur mobile Pentium M, un chipset i855 avec moteur graphique et un contrôleur WiFi RLAN (réseaux locaux radioélectriques) Intel PRO/1200. On regrettera que le contrôleur RLAN se limite apparemment à la norme IEEE 802.11b – qui offre des débits théoriques de 11 Mbits/s – au lieu des technologies 802.11a et surtout 802.11g, bien plus performantes (54 Mbits/s).

Cette solution vise à affranchir l’utilisateur des contraintes filaires pour se connecter à Internet de n’importe quel endroit (ou presque) du globe. Il faut pour cela se trouver dans une zone couverte par un point d’accès WiFi (hotspot WiFi). A ce sujet, Intel a investi 150 millions de dollars dans des start-up spécialisées dans le déploiement de cette technologie radio (voir notamment édition du 6 décembre 2002). Le cabinet d’étude IDC estime que l’on comptera plus de 118 000 spots WiFi sur la planète d’ici 2005.

Gravé en 130 nanomètres (0,13 micron), le processeur Pentium M (PM) est constitué de 77 millions de transistors (55 pour le Pentium 4) et bénéficie d’une nouvelle architecture. A commencer par un bus frontal à 400 MHz et une mémoire cache de niveau 2 (L2) de 1 Mo à faible consommation. La fusion des micro-opérations (qui regroupe deux opérations en une seule) et la prédiction évoluée des instructions (qui réduit les temps de latence) contribuent, selon le constructeur, à de meilleures performances au regard de l’énergie consommée. Le PM bénéficie bien sûr de la technologie SpeedStep – qui adapte la fréquence de l’horloge en fonction des usages – et prend en charge les instructions de streaming SIMD 2.

5 heures d’autonomie

Cette nouvelle architecture devrait lui conférer une puissance et une autonomie supérieures aux actuels PIII M et P4 M. Intel annonce des gains de performances respectifs de 41 % et 15 % par rapport aux PIII M à 1,2 GHz et P4 à 2,4 GHz et 5 heures d’autonomie (contre 4 et 3 heures). Plus performant et moins gourmand, le Centrino risque de faire ombrage au reste de la gamme de processeurs mobiles du fondeur de Santa Clara, au point que l’on peut s’interroger sur leur avenir.

Le Centrino, ou Pentium M plus précisément, est décliné en quatre fréquences d’horloge 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 GHz pour des tarifs respectifs de 292, 377, 506 et 720 dollars (à l’unité pour mille pièces). Des versions “low voltage” et “ultra low voltage” à 1,1 GHz et 900 MHz sont également proposées respectivement à 345 et 324 dollars. Malgré ces tarifs relativement élevés – qui laissent encore l’opportunité d’une fenêtre d’exploitation pour les PIII et P4 M… lesquels n’intègrent cependant pas la technologie WiFi – les principaux constructeurs (Dell, HP, IBM, Toshiba, Gateway…) ont annoncé l’adoption du Centrino pour leurs machines. Samsung propose notamment le Sens X10, un portable doté d’un écran LCD de 14,1 pouces et dont le premier prix avoisine les 2 400 dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur