Intel Larrabee : le premier processeur graphique x86

Mobilité

Avec Larrabee, Intel compte investir le marché de la 3D. Et marcher sur les plates-bandes d’AMD et Nvidia.

A l’occasion du Siggraph 2008 de Los Angeles (du 11 au 15 août), Intel présentera son futur processeur au nom de code Larrabee le 12 août prochain. Mais déjà, quelques détails ont été dévoilés. A commencer par l’architecture x86 de la puce qui héritera de celle des processeurs Intel qui équipe les ordinateurs actuels. Ce qui n’aurait rien de surprenant si Larrabee se destinait à être le processeur principal (CPU) de la machine. Or, la puce d’Intel se destine au secteur de la 3D. A ce titre, Larrabee devrait être le premier processeur graphique x86 et viendra concurrencer les produits d’AMD (ATI) et de Nvidia, leader dans le développement des moteurs graphiques (GPU).

Larrabee sera composée de plusieurs coeurs x86 issus du Pentium mais on ignore encore combien. Elle supportera le DirectX 10, l’OpenGL et sera en mesure de faire tourner les jeux actuels tout en profitant aux applications qui font largement appel aux calculs parallèles. Le futur processeur graphique du fondeur de Santa Clara bénéficiera du multi-threading (jusqu’à 4 par coeur), des extensions 64 bits, d’une unité de calcul vectoriel (VPU) dans chaque coeur, du pre-fetching (préchargement des instructions).

Intel optimisera par ailleurs sa puce pour les applications graphiques, notamment en intégrant des bloc logiques préprogrammés à faible consommation électrique ainsi qu’un cache de niveau 2 de 256 Ko par coeur ce qui devrait limiter les fréquents appels à la mémoire vive du système comme c’est aujourd’hui le cas des GPU. Enfin, un réseau en anneau de 1 024 bits de large (512 bits dans chaque sens) permettra aux différents composants de communiquer entre eux sans temps de latence. Ce qui devrait optimiser d’autant les performances du moteur.

Une stratégie d’unification des CPU et GPU

En choisissant l’architecture x86 pour développer son processeur graphique haut de gamme, Intel espère simplifier le développement des futures applications, graphiques ou qui nécessitent d’importants calculs parallèles et séduire ainsi nombre de développeurs. Larrabee n’aurait en effet pas besoin d’API (interface de programmation d’application) pour être exploitable.

D’autre part, le choix du fondeur semble montrer une stratégie d’unification des CPU et GPU. Une tendance déjà opéré chez AMD avec son projet Fusion (qui intégrera dans une même puce CPU et GPU) mais aussi chez Nvidia qui, à travers son application Cuda qui permet aux développeurs de tirer parti des architectures parallèles des puces graphiques dans les calculs hautes performances.

Intel ne prévoit cependant pas de livrer son Larrabee sur le marché des PC personnel avant 2009 ou 2010. La puce est donc loin d’être finalisée ce qui laissera le temps à ses concurrents de préparer l’offensive.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur