Intel ouvre la voie aux ultrabooks tactiles

MobilitéPoste de travailSystèmes d'exploitation

Intel annonce la couleur d’une prochaine génération d’ultrabooks dotés d’écrans tactiles, en phase avec l’interface Metro de Windows 8.

L’alliance des ultrabooks et du contrôle tactile n’a plus grand-chose d’une utopie. Intel lui-même se serait résolu à un tel tournant qui permettrait d’exploiter au mieux les capacités de Windows 8 sur des plates-formes autres que les tablettes tactiles.

Pressenti pour s’imposer comme le maillon central du foyer connecté en qualité de machine autonome et polyvalente, l’ultrabook conventionnel, tel qu’imaginé par le fondeur de Santa Clara, est amené à constituer une pièce déterminante du puzzle de la convergence.

Comme le suggère The Verge, l’implémentation de panneaux tactiles contribuerait à démocratiser l’usage de tels terminaux dont l’hybridité ainsi avérée offrirait davantage de souplesse dans l’exercice de la mobilité, entre milieu professionnel et sphère domestique.

Ce credo entériné au prix de force sous-entendus automnaux avait laissé augurer en parallèle d’une nouvelle génération de processeurs Core qu’Intel avait d’ailleurs intimement liés, toute démesure gardée, à la plate-forme Ivy Bridge, prévue quant à elle pour mars.

Le juteux cocktail dévoilé à l’occasion d’une conférence parisienne en petit comité avait par ailleurs accouché d’une mise à l’honneur du multimédia.

Habilitée à diffuser des flux vidéo en 1080p, la technologie d’affichage sans fil Wireless Display (WiDi) dévoilée à cette occasion allait constituer un complément idéal au Wireless Music.

L’ensemble confère depuis lors à l’ultrabook standard des attraits qui n’ont toutefois pas encore trouvé écho dans la commodité du tactile.

Passage obligé ou simple évolution naturelle, cette annonce d’avant-CES ouvre la voie à l’engorgement déjà distinguable d’un marché qui décolle furtivement, alors que de nombreux constructeurs entrent dans la danse.

HP a rejoint le club en novembre et envisage de poursuivre l’aventure avec le mystérieux Spectre.

Acer persiste et signe de sa griffe l’Aspire S5, successeur d’un S3 qui restera gravé sur les tablettes comme l’initiateur de son genre ultra-fin.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur