Intel peut-il divorcer de Rambus ?

Mobilité

Après les récentes déclarations du PDG d’Intel qualifiant le choix de la Rambus d'”erreur”, le fondeur peut-il cesser ses relations avec le fabricant de mémoire ? Un article d’Electronic news éclaire le sujet au travers notamment de déclarations d’un ex-employé d’Intel.

Intel a admis s’être trompé en misant sur la Rambus (voir édition du 19 octobre 2000). Mais aujourd’hui une question brûle toutes les lèvres : peut-il rompre ses relations avec Rambus ? Rien n’est moins sûr. En effet, les termes du contrat liant les deux compagnies sont bien entendu secrets. Selon un article paru dans Electronic news, les clauses du contrat pourraient exposer Intel à des poursuites par Rambus sur le terrain des droits d’exploitation de brevets. En clair, Intel serait contraint de verser des droits à Rambus sur toutes les puces qu’il produit. Un souci qui pourrait bien forcer Intel à aller jusqu’au terme du contrat, c’est-à-dire jusqu’en 2003.

Toujours dans l’article d’Electronic news, on apprend qu’une partie des ingénieurs d’Intel étaient sceptiques quant à l’emploi de la RD-RAM de Rambus, mais Intel les tenait en respect : “Au sein d’Intel, l’expression était ‘on n’est pas d’accord mais on obtempère'”, rapporte Electronic news qui cite un ex-employé de la société témoignant anonymement. Celui-ci poursuit en expliquant, “Ceux en interne qui ne respectaient pas le slogan vis-à-vis de Rambus étaient, pour résumer, mal notés parce qu’ils ne jouaient pas le jeu de l’équipe en remettant en cause l’engagement de toutes les ressources du chipset et de l’architecture d’Intel dans le sens de Rambus.”

Par ailleurs, selon cette même source, les ennuis du memory translator hub (MTH) du chipset 820 étaient dus à la Rambus elle-même. Une porte-parole d’Intel a refuser de commenter à Electronic news les propos de l’ex-employé, mais elle a tout de même confirmé que la formule ‘on n’est pas d’accord mais on obtempère’ (disagree and commit) faisait partie de la culture de la société.

Pour en savoir plus :

L’article d’Electronic News (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur