Intel reprend une petite partie de l’effectif de Freescale à Toulouse

Mobilité

Le fabricant de processeurs leader mondial accepterait de reprendre une cinquantaine de salariés du pôle téléphonie de l’usine Freescale à des fins de R&D.

Intel va sauver une partie de l’effectif du pôle “téléphonie” de l’usine Freescale à Toulouse (Haute-Garonne) alors que cette activité devait cesser d’ici la fin de l’année.

De source syndicale et confirmée mardi en comité d’entreprise, le groupe américain, leader mondial dans les processeurs, serai prêt à maintenir 53 emplois dans le domaine de la R&D sur le site du fabricant de semi-conducteurs.

Néanmoins, au niveau corporate, Ni Freescale ni Intel n’ont officiellement communiqué sur le sujet.

Selon les information croisées du quotidien régional La Dépêche du Midi et de l’AFP, il resterait encore 140 salariés sur 236 à reclasser dans le secteur “téléphonie” de Freescale Toulouse.

Parallèlement, la direction a confirmé un plan de fermeture de la fabrication de puces d’ici 2011. 800 personnes sont concernées par l’arrêt de la production. Le site de Freescale à Toulouse compte 1650 salariés.

En guise de protestation, une partie des salariés de l’usine avait bloqué le principal dépôt de bus de Toulouse mercredi matin. Mais ils ont été évacués en début d’après-midi par les forces de l’ordre. Des barrages filtrants avaient été érigés par les salariés mécontents la semaine dernière mais aussi des mouvements de grève début septembre.

Intel confirme son intérêt vis-à-vis de la R&D en France. En mars, le fabricant leader mondial de processeurs a annoncé qu’il comptait créer sur le plateau de Saclay (Essone) un laboratoire dédié au calcul haute performance (HPC pour High-performance computing en anglais).

Plus tôt, le groupe américain avait communiqué sur la constitution d’une nouvelle unité spécialisée dans les technologies sans fil qui sera basée à Sophia Antipolis, près d’Antibes (Alpes-Maritimes).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur