Intel signe l’arrêt de mort de la Rambus

Mobilité

Le DG d’Intel, Craig Barret, remet en question le choix de Rambus comme fournisseur de mémoire vive. Alors que le géant ne jurait que par la RD-RAM, il prévoit maintenant de se tourner vers la DDR-RAM. Plus qu’un changement de stratégie, c’est un véritable retournement de situation.

“Nous avons fait un gros pari sur Rambus et il n’a rien donné”, déclare Craig Barrett, le DG d’Intel cité par le Financial Times of London de ce mercredi 18 octobre. “Rétrospectivement, ce fut une erreur d’être dépendant d’une société extérieure pour une technologie qui détermine vos performances”, admet-il. Intel renonce donc enfin à défendre Rambus contre vents et marées. Le fondeur a en effet toujours soutenu sa RD-RAM, même lors des ennuis avec ses chipsets. Au début du mois, il renonçait au Timna, son “PC-on-a-chip” (voir édition du 2 octobre 2000) et la Rambus n’était pas étrangère à sa décision, puisqu’il aurait fallu qu’il adapte son chipset justement pour qu’il puisse fonctionner avec un autre type de RAM. Même chose d’ailleurs avec le Pentium 4 qui au départ ne devait supporter que la mémoire vive de type Rambus (voir édition du 26 juillet 2000).

Le DG d’Intel formule un reproche très clair à l’encontre de Rambus : “Nous espérions être partenaires d’une entreprise qui se concentrerait sur l’innovation technologique plutôt que de chercher à collecter une taxe sur les autres sociétés.” Craig Barrett fait ici allusion aux multiples procès intentés par Rambus aux autres fabricants de mémoire (voir édition du 26 juin 2000). Rambus pourrait d’ailleurs se retrouver affublé d’un procès antitrust qui placerait ses clients dans une situation inconfortable (voir édition du 12 juillet 2000).

Finalement, le fondeur a indiqué qu’il portait ses vues vers la DDR-RAM (double data rate random access memory), une technologie dont Rambus a exploité le principe pour faire franchir le gigahertz à sa D-RAM (voir édition du 1er août 2000). “Ainsi que nous l’avons indiqué précédemment, nous adoptons la technologie DDR pour les serveurs, et nous la testons sur les ordinateurs personnels” a rappelé Paul Otellini, vice-président de l’Intel architecture group, avant de déclarer plus tard “Nous prenons cela très au sérieux”. Si la SD-RAM est nettement moins chère que la Rambus, elle offre de moins bonnes performances. En revanche la DDR-RAM présente un rapport qualité/prix plus intéressant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur