Intel sur tous les fronts en 2012 veut détrôner l’USB avec son Thunderbolt

MarketingMobilitéTablettes
logo Intel

En 2012, Intel va tenter de voler la vedette à l’USB 3 avec sa connectique Thunderbolt, théoriquement plus puissante mais l’objet d’aucun standard. Il va aussi repenser ses processeurs Atom pour concurrencer plus sérieusement ARM.

Pour commencer, Thunderbolt est une nouvelle technologie de communication bidirectionnelle sur un câble unique proposée par Intel pour transférer les données entre PC, périphériques et écrans.

A 10 Gb/s, supportant simultanément PCI Express et DisplayPort, cette technologie accélère le transfert et la réponse, dans les deux sens et en même temps.

De quoi, selon le fondeur, transférer un film en HD en moins de 30 secondes, ou encore une année de musique MP3 en continue en à peine plus de 20 minutes.

Sur le papier, le Thunderbolt a séduit nos confrères de Silicon.fr. Sauf que dans les faits, un détail manque à cette technologie : elle ne fait l’objet d’aucun standard tempèrent ces spécialistes.

Certes, Intel a reçu l’appui de quelques acteurs majeurs des IT, enfin tout du moins trois – Apple, LaCie et Promise Technology – auxquels devrait s’ajouter selon une annonce récente le japonais Sony.

Le partenaire d’Intel le plus marquant demeure Apple, qui a intégré Thunderbolt à ses produits les plus récents, MacBook Pro, Air et Mini, iMac et moniteurs.

La firme à la pomme est souvent sur ses PC en avance d’une technologie, mais cela suffira-t-il à imposer un nouveau standard pour le transfert des données ?

Car face à Thunderbolt, il y a un concurrent, et non des moindres : l’USB 3.0.

Sur le papier, une nouvelle fois, ce port de communication est moins séduisant : il ne transfère les données qu’à 4,8 Gb/s (contre 480 Mbit/s pour l’USB 2.0), et uniquement en PCI Express.

 

En revanche, égalité sur les connecteurs, le brochage de l’USB 3.0 n’est pas compatible avec ses prédécesseurs, chacun est renvoyé dans son camp. Idem pour la connexion “à chaud” et le Plug and Play, ainsi que sur le coût, environ 20 dollars pour chacun des composants.

Mais le consortium Universal Serial Bus bénéficie de deux avantages certains face à son concurrent : l’USB est une norme de bus en transmission série ; et surtout l’USB 3.0, déployé sur le terrain depuis 2010, bénéficie du support de l’industrie.

Mais le fondeur n’en démord pas et veut imposer sa technologie.

Et pour accélérer sa standardisation, rien ne remplace l’approche du rouleau-compresseur : Thunderbolt sera intégrée dès avril 2012 dans une majorité de produits Intel à destination de fabricants de PC, en particulier sur les cartes mères.

ASRock, Asustek et Gigabyte Technology ont déjà indiqué qu’elles suivront Intel sur ce terrain… et nous aussi si Thunderbolt est proposé en standard, mais à condition que les fabricants de périphériques suivent, ce qui prendra certainement plus de temps !

Mais l’USB n’est pas le seul concurrent qu’Intel veut annihiler en 2012.

Intel s’attaquera aussi à ARM sur le marché de la mobilité. Car l’avenir de son processeur Atom ne passera finalement pas par le PC, mais par les tablettes.

(la suite page 2 : Intel réoriente l’usage de l’Atom vers les puces tout-en-un)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur