Intel : Thunderbolt prend ses aises sur Ivy Bridge

Mobilité
Thunderbolt câble

Médiatrice de l’osmose entre les PC et l’interface Thunderbolt, l’architecture Intel Ivy Bridge, avec son chipset Z77 dédié, se heurte encore aux caprices de Windows.

Orchestré sous l’impulsion d’Intel et son architecture Ivy Bridge, l’avènement de l’interface Thunderbolt sur les PC n’est plus qu’une question de semaines.

Se profile une cohabitation avec l’USB 3.0, qui conserve néanmoins, pour l’heure, l’avantage à bien égards.

Ainsi s’énoncent les conclusions des quelques tests qu’AnandTech a menés en avant-première sur une carte mère de nouvelle génération, en l’occurrence la Z77A-GD80 de MSI, munie du chipset Z77 et son contrôleur dédié.

Stabilité et performances sont certes au rendez-vous, mais il persiste nombre d’incohérences qui requerront un effort généralisé de la part de toutes les parties prenantes.

A charge pour Microsoft de procéder aux ajustements logiciels de circonstance dans son écosystème Windows. Il incombera aux principaux constructeurs (ASRock, Asustek et Gigabyte Technology) de s’aligner sur les exigences d’Intel.

Telle que conçue et implémentée de longue date sur les ordinateurs Apple, la technologie Thunderbolt accélère les débits montant et descendant sur le principe de la fibre symétrique.A 10 Gbit/s théoriques par connecteur.

Elle minimise par ailleurs les temps de réponse et supporte simultanément les normes PCI-Express et DisplayPort pour permettre le transfert de données et de flux vidéo sur deux canaux différenciés, combinés en une interface polyvalente.

En vertu du conducteur actuellement en vigueur (le cuivre), chaque contrôleur Thunderbolt offre une bande passante de 20 Gbits/s, répartie entre l’ensemble des dispositifs reliés à une chaîne qui peut comporter jusqu’à 7 périphériques.

AnandTech en a tiré parti à hauteur de 14 Gbits/s : la moitié pour un écran en résolution 2560 x 1440 à 32 bits (16 millions de couleurs), rafraîchi à 60 Hz ; l’autre moitié pour des disques durs externes optimisés en NTFS, et qui atteignent en moyenne les 7 Gbits/s, soit près de 50 Go par minute.

Une anicroche toutefois, et pas des moindres : Windows 7 ne tolère pas encore le branchement à chaud (plug & play).

Pour être utilisable, un périphérique Thunderbolt doit obligatoirement être mis en fonction avant l’initialisation du système, sous peine de devoir redémarrer.

L’explication tient à une gestion erronée du bus : la recherche d’éventuels dispositifs connectés ne s’effectue qu’au chargement de l’OS. Une mise à jour des pilotes devrait corriger cette aberration.

Et laisser grande ouverte la voie aux constructeurs, dont certains ont joué les avant-gardistes, tel LaCie et son 2Big, dévoilé à l’occasion du CES.

Western Digital a fait de même au mois dernier, déclinant sa gamme MyBook Live Duo à la sauce Thunderbolt.

La démonstration vidéo d’AnandTech :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur