Intel veut accélérer le démarrage des ordinateurs

Mobilité

Une technologie combinant mémoire Flash et solution logicielle permettrait de gagner de précieuses secondes au démarrage d’un PC.

On connaissait les qualités de vitesse d’accès à l’information et de faible consommation énergétique de la mémoire Flash, qui ont amené Samsung à sérieusement envisager de l’exploiter pour remplacer les disques durs des ordinateurs portables (voir édition du 13 septembre 2005). Mais on ignorait que la mémoire Flash pouvait également être employée pour accélérer le démarrage d’un ordinateur, comme le montre la solution présentée par Intel, lundi 17 octobre, à l’occasion de l’IDF de Taipei (Taiwan, 17 et 18 octobre 2005).

Robson, nom de cette technologie, combine composants électroniques de mémoire Flash et logiciels Intel. En déplaçant les données nécessaires au démarrage et au fonctionnement d’un système du disque dur vers une carte Flash, Robson ferait gagner un temps significatif lors de l’allumage du PC. Mais aussi lors du chargement des applications et du retour de la mise en veille prolongée. Intel n’a pas précisé le gain de temps ainsi obtenu, qui dépend de la configuration générale du système. Robson serait associé à des cartes Flash de 64 Mo à 4 Go. Sachant que plus la carte dispose d’espace de stockage, plus la solution est susceptible d’accélérer le démarrage de la machine.

De la mémoire Flash de type NAND

Le fondeur n’a pas non plus précisé quand serait commercialisée cette technologie et pour quel type d’ordinateurs. Si les PC portables semblent tout désignés pour profiter de ce type de solution, rien n’interdit de l’envisager pour les ordinateurs de bureau, voire les serveurs qui nécessitent un redémarrage rapide. Enfin, la mémoire Flash utilisée serait de type NAND, ce qui obligerait Intel à se fournir auprès de Samsung, Toshiba, Infineon, voire AMD (via sa filiale Spansion). Un comble pour le premier producteur de mémoire Flash de type NOR.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur