Intel vire au vert

Mobilité

Le fabricant des Core Duo s’engage à éliminer la présence de plomb dans ses
composants en 2008.

Intel a annoncé son intention de supprimer le plomb dans la composition de ses processeurs. Le plomb est présent dans les puces au niveau du conditionnement microélectronique (boîtiers, cartouches, etc.) ainsi qu’au niveau des contacts (les bumps) qui solidarisent la puce à la carte mère (PGA, BGA, LGA selon le type d’ordinateur).

Malgré son usage très ancien, le plomb est un métal dangereux pour la santé humaine. Sa toxicité peut avoir des conséquences sur le système nerveux, notamment à travers le développement du saturnisme (d’ailleurs première maladie à caractère professionnel reconnue). Sa concentration dans des composants qui finissent tôt ou tard dans des centres de retraitement ou, au pire, dans des décharges à l’air libre, présente donc un risque pour la santé et l’environnement.

Le plomb devrait disparaître des puces d’Intel avec le passage à la gravure en 45 nanomètres (nm). Prévue dans le courant du second semestre 2007, la technologie 45 nm s’appuiera sur le procédé de fabrication dite high-k qui devrait assurer une meilleure gestion de l’énergie et donc, par conséquence, avoir un impact positif sur l’environnement. Intel signale par ailleurs que le plomb aura disparu de tous ses composants en 2008, y compris dans les puces gravées en 65 nm.

L’Europe de l’Ouest en tête des préoccupations environnementales

D’une manière générale, Intel s’engage à mieux respecter l’environnement à travers ses centres de production. Au delà des résultats obtenus avec ses nouveaux processeurs en terme de consommation électrique, le fondeur de Santa Clara se dirige vers des procédés de production de mémoire Flash sans halogène. En accord avec les objectifs de l’Union européenne, l’entreprise envisage de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 % d’ici 2020. Enfin, le passage de la production à partir de tranches de silicium de 200 millimètres vers des modèles en 300 mm lui a fait économiser sa consommation d’eau douce de 40 % par centimètre carré de produits finis.

Intel n’est évidemment pas la seule entreprise high-tech à prendre en compte (depuis une bonne dizaine d’années déjà) les problématiques environnementales. Apple a récemment fait une annonce en ce sens et qui visera à classer l’entreprise en tête en tête des pratiques respectueuses pour l’environnement par rapport à ses concurrents. D’une manière générale, le phénomène s’étend à l’ensemble de l’industrie informatique. Le cabinet Gartner estime ainsi que, avant la fin 2008, près de 50 % des entreprises d’Europe de l’Ouest s’engageront dans une politique de respect de l’environnement. Contre à peine 20 % pour le reste de l’Europe.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur