Intel vise les processeurs à quatre coeurs

Mobilité

Entre fin 2006 et début 2007, Intel va lancer deux nouveaux processeurs quadri core pour serveur. Son rival AMD suit la tendance.

C’est désormais acquis, les constructeurs ne courent plus après la fréquence, sauf peut-être IBM avec le futur Power6 (voir édition du 7 février 2006) mais après la multiplication des unités de calcul (les coeurs ou core en anglais) au sein du bloc processeur. Une évolution amorcée dès 2001 chez IBM avec le Power 4 puis en 2003 par Sun Microsystems avec UltraSPARC III ou encore HP en 2004 avec le PA-8800.

AMD et Intel ont naturellement suivi la tendance en 2005 avec l’Opteron en série 800 pour le premier (voir édition du 21 avril 2004), une puce destinée aux serveurs. Intel a d’abord choisi d’adresser ses processeurs double coeur aux ordinateurs de bureau avec le Pentium Processor Extreme Edition 840 (voir édition du 19 avril 2005).

Priorité aux processeurs pour serveurs

Mais très vite, le fondeur de Santa Clara a porté la technologie sur les Xeon, ses processeurs pour serveur. Une déclinaison présentée sous le nom de code Paxville (voir édition du 16 août 2005). Tandis qu’AMD portait le double coeur sur les Athlon 64 avec les X2 (voir édition du 31 mai 2005).

Aujourd’hui, alors que les processeurs double coeur sont pleinement entrés sur le marché à commencer par le Core Duo, (voir édition du 6 janvier 2006), Intel envisage de passer au quadri core d’ici la fin de l’année. Selon la presse américaine, le père du Pentium lancera le Clovertown, un processeur à quatre coeurs destiné aux serveurs et qui devrait être suivi, début 2007, par le Tigerton. Ce dernier est présenté comme une version du Clovertown pour serveur multiprocesseurs.

AMD prévoit également d’aborder le quadri core à partir de l’année prochaine mais reste pour l’heure plus évasif sur les caractéristiques de ses futures puces que son concurrent. La priorité sera de toute évidence donnée aux processeurs pour serveur dans un premier temps.

Une centaine de coeurs en vue

La multiplication des coeurs au sein des processeurs n’est pas seulement un cache misère censé répondre au seuil critique atteint dans la course aux gigahertz. Selon Intel, la multiplication des coeurs permet d’abord de limiter la consommation électrique tout en augmentant la puissance de traitement. Ensuite, la proximité des unités de calcul élargit la bande passante et, donc, fluidifie l’échange des données. Même si nombre de nouveaux problèmes (dont les temps de latence de la mémoire) apparaissent avec la multiplication des coeurs. Des problématiques auxquels les fondeurs réfléchissent à travers l’élaboration de nouvelles architectures.

La multiplication des core sur une même puce devrait s’intensifier. Intel est convaincu que plusieurs dizaines de coeurs par processeur feront leur apparition avant 2010 et que, d’ici 10 ans, on parlera d’une centaine de core. Il restera à s’assurer que les applications sauront effectivement tirer parti de ces nouvelles architectures.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur