Intelligence artificielle: Microsoft accélère le tempo entre R&D et produits

CloudCRMGestion des talentsManagementMarketing
satya-nadella-microsoft-build-2017-intelligence-artificielle

Build 2017 : Microsoft fournit de nouvelles briques aux développeurs pour accélérer dans l’intelligence artificielle. Le groupe s’organise même autour de ces technologies phares.

L’intelligence artificielle va irriguer toutes les solutions et produits Microsoft. Elle devient le pivot des ressources R&D du groupe éparpillées dans le monde.

Lors de sa session Build 2017 organisée à Seattle pour le compte des développeurs, l’éditeur a présenté une vague de 29 nouveaux services cognitifs intégrés dans des modules comme Bing Custom Search (moteur personnalisé), Custom Vision Service et Video Indexer (traitement d’images et de vidéos) et Custom Decision Service (contenus personnalisés).

Un nouveau module est ajouté à Powerpoint Presentation Translator (traduction en temps réel pendant une présentation). Sous un autre angle AI, Cognitive Services Labs permet aux développeurs d’explorer des nouveaux services comme les Gesture API (connecteurs logiciels pour la reconnaissance gestuelle).

Sous le prisme du Microsoft Bot Framework (librairie de fonctions de bots), des « Adaptives Cards » sont mis à la disposition des développeurs. Ces nouvelles fonctions permettent de s’assurer que les apps et les services exploitant ce framework sont compatibles sur toutes les plateformes.

Toujours dans la livraison du Build 2017, Microsoft propose en preview privée Azure Batch AI Training. Une plateforme pour les data scientists afin qu’ils puissent se roder sur des modèles AI en s’appuyant sur des fermes de CPU / GPU.

Dans le domaine de l’intelligence artificielle, Microsoft compte beaucoup sur le développement de Cortana du nom de sa technologie d’assistance vocale disponible sur Windows 10.

Un premier partenariat a été signé avec la marque Harman Kardon (groupe Samsung) autour de l’enceinte intelligente Invoke qui intègre l’assistant personnel de Microsoft.

D’autres partenariats incluant HP et Intel ont également été signés pour exploiter Cortana dans des devices intelligents.

Microsoft est conscient qu’il faut élargir au maximum l’accès au socle Cortana pour pousser ses usages. Aux Etats-Unis, l’éditeur propose une preview publique du kit Cortana Skills (SDK) afin que les développeurs conçoivent de nouveaux bots à intégrer. Le SDK sera disponible sur Windows 10, Android, iOS et la nouvelle enceinte Invoke de Harman Kardon.

On parle beaucoup du potentiel des usages grand public avec l’IA mais ce type de technologies va également bouleverser toutes les lignes de produits et services pros à l’instar de la démo Microsoft AI for workplace safety présentée lors de la session Microsoft Build 2017.

Mais, pour gagner en pertinence, il faudra travailler sur la dimension interopérabilité des bots et éviter de se retrouver en circuits fermés (propriétaires) en fonction des groupes qui sont derrière (Apple avec Siri, Google Assistant, Amazon avec Alexa…).

Courant 2016, le groupe Microsoft a monté une nouvelle organisation mondiale visant à rapprocher ses ressources R&D des produits IA sur le marché. On pense à Cortana mais aussi au moteur de recherche Bing.

La nouvelle division dédiée regroupe 5000 experts et chercheurs. Elle avait été actée par Qi Lu, un scientifique chinois de renom dans l’IA.

Mais celui-ci a quitté le groupe Microsoft en début d’année pour rejoindre la firme chinoise Baidu (qui exploite le moteur de recherche leader dans le pays). L’intelligence artificielle, c’est aussi (voire surtout ?) une guerre des talents.

Les chatbots arrivent…partout

Plus tôt, lors du salon ROOMn 2017 (marketing et mobilité) organisé à Monaco à la fin du premier trimestre, Michel Rousseau, UX, UI & Design technical evangelist chez Microsoft France, avait animé une session spéciale Microsoft et IA à laquelle ITespresso.fr avait assistée.

L’expert avait insisté sur l’usage des chatbots et du potentiel de combinaisons avec des outils comme Cortana mais aussi Skype (téléphonie sur Internet) voire HoloLens (« premier ordinateur holographique autonome » qui se présente comme un casque de « réalité mixte »).

Des pilotes comme le bot Skype (téléphonie sur Internet) – Foursquare (city guide) mais aussi Cortana et Uber (app de transport privé de personnes en automobile) avaient été cités.

Michel Rousseau considère que l’intelligence artificielle va permettre de réussir là où le modèle des appstores a failli en passant à un modèle plus relationnel que transactionnel.

Au-delà du buzz des pizzabots, les chatbots devraient se généraliser dans tous les services et les usages, ne serait que pour avoir « une discussion naturelle avec son son PC sans clavier ».

En 2016, Michel Rousseau évoque le nombre de 300 000 bots développés dans le monde. « Les prochaines apps passeront par là », assure Michel Rousseau.

En France, des sociétés comme PagesJaunes ou Société Générale travaillent sur des projets ou expérimentent des projets associant des chatbots.

microsoft-AI-chatbot-room-2017
ROOMn 2017 : Michel Rousseau, UX, UI & Design technical evangelist chez Microsoft France.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur