InterCloud lève des fonds : objectif performance applicative

CloudEntrepriseGestion cloudLevées de fondsStart-up
intercloud-levee-fonds
4 0

À l’origine d’une plate-forme facilitant la connectivité aux ressources externalisées dans le cloud public, InterCloud lève 10 millions d’euros.

Un directeur commercial, un ingénieur avant-vente… InterCloud recrute pour développer son activité à Londres.

Le marché anglais constitue une cible prioritaire pour la SAS parisienne, qui se projette également sur la Suisse et la Belgique après un nouveau tour de table.

L’opération se monte à 10 millions d’euros. Elle est marquée par la participation de CapHorn Invest et de Ventech, qui avaient déjà mis un ticket dans le cadre du Série A annoncé en 2014 (5 millions de dollars).

InterCloud ouvre, en parallèle, son capital à Bpifrance, qui met ses billes via le Fonds Ambitions Numérique. Autre nouvel entrant : Hi Inov. La société de gestion rattachée au holding d’investissement Dentressangle Initiatives s’implique par le biais du FCPI Hi Inov1 et de la structure SNCF Digital Ventures qu’elle gère pour le compte du groupe ferroviaire.

Pour des apps plus performantes

Jérôme Dilouya l’affirme aux Échos : « Nous sommes rentables en France, mais nous entrons dans une nouvelle phase d’investissements ».

Cet ancien d’Easynet France et de McKinsey & Company s’était associé à Antoine Valat (ex-Eiffage) et Benjamin Ryzman (également passé par Easynet) pour fonder, fin 2010, la société InterCloud, dont il assure aujourd’hui la présidence.

Schneider Electric, Société Générale, SNCF et Veolia sont quelques-uns des groupes a avoir adopté la plate-forme de connectivité privée que la start-up a développée dans l’optique de faciliter l’externalisation de ressources vers le cloud public.

Au dernier pointage officiel, des partenariats ont été signés avec une trentaine de fournisseurs IaaS (Microsoft, Google, Amazon Web Services, OVH, Rackspace…) et « plus de 80 » acteurs de l’écosystème SaaS (Salesforce, SAP, Box, Oracle, Symphony…).

Pour permettre aux entreprises de maîtriser la chaîne d’accès à ces services hébergés, InterCloud a monté son propre réseau en louant des capacités. L’extension aux États-Unis était intervenue en 2012 ; l’Asie avait suivi en 2013 – l’année 2015 marquant l’ouverture d’un bureau en Espagne.

Au-delà de la partie connectivité, les 10 millions d’euros levés permettront d’approfondir les efforts dans le domaine de la sécurité, mais aussi de la performance applicative, sur lequel InterCloud travaille déjà avec l’un de ses investisseurs : Riverbed.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur