Internautes : votez !

Mobilité

Malgré la semaine supplémentaire accordée aux votants pour les élections de l’Icann, 80 % des inscrits européens n’ont pas encore voté et les Français ne font pas exception. L’Afnic appelle à la mobilisation avant la clôture, ce 8 septembre.

“Nous n’allons tout de même pas laisser aux autres le soin d’élire nos représentants !” s’exclame Jean-Yves Babonneau. Le directeur général de l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération) emploie volontairement une formule un peu caricaturale, mais qui exprime bien son sentiment. “Nous sommes dans la dernière ligne droite, il serait vraiment dommage que les internautes français renoncent”, reprend-il. De quoi s’agit-il ? De la première élection par Internet pour nommer les représentants nationaux à l’Icann, l’organisme responsable de la gestion des noms de domaine Internet, secteur hautement stratégique… et délicat.

Au total seulement 3 000 internautes français se sont inscrits pour ces élections. C’est peu, mais la France arrive tout de même en seconde position en Europe (voir édition du 2 août 2000). Au départ, le vote du premier tour aurait dû être clos le 1er septembre. Mais pour une raison qui reste obscure, certainement la faible participation, l’Icann a décidé d’accorder une semaine de plus aux votants. C’est donc le moment ou jamais.

“C’est sans surprise un Allemand qui est en tête des Européens”, explique Jean-Yves Babonneau, qui poursuit : “Vu son avance, il y a peu de chances qu’il soit rattrapé. En revanche, si les Français se mobilisent, il est tout à fait possible qu’un candidat de l’Hexagone se retrouve second des Européens et soit ainsi retenu au second tour”. Mais ce que le directeur de l’Afnic ne dit pas, c’est que cet Allemand est un personnage pas vraiment apprécié de tout le monde. En effet, il s’agit de Andy Mueller-Maguhn, le représentant du Chaos Computer Club, un célèbre groupe de hackers…

“Fin juillet, en une semaine, 2 000 internautes s’étaient inscrits à l’élection”, reprend Jean-Yves Babonneau. “Il faut que le même mouvement se reproduise. L’enjeu est très important, l’Icann correspond ni plus ni moins à la structure qui contrôle la racine d’Internet”. Malgré tout, des candidats ont été directement désignés par l’Icann pour passer au second tour, sans affronter le suffrage des internautes. Ce qui n’a pas manqué de provoquer quelques grincements de dents. Parmi ces “experts”, figure un Français : Olivier Muron. Mais beaucoup prévoient que ces candidats désignés par l’Icann n’auront pas les faveurs des internautes lors du second tour qui aura lieu normalement entre le 1er et le 10 octobre prochain. Si vous êtes inscrit, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Pour en savoir plus  :

* Le site Gouvernance de l’Internet, de l’Afnic

* Le nombre de voix des candidats européens sur le site de l’Icann


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur