Internet : le PowerPC 970 fait dépasser le point d’ébullition !

Mobilité

Les conséquences de la rumeur concernant le PPC 970, processeur supposé du futur d’Apple, laissent pantois ! Principalement alimentée par le site francophone MacBidouille, elle déchaîne les passions et suscite des réactions particulièrement étonnantes. En filigrane, la confirmation que l’ère du G4 a été pour Apple une erreur stratégique fondamentale.

Glorifié, vilipendé, questionnant, gênant? Le site Macbidouille, petit site d’amoureux du Macintosh français initialement créé pour dépanner les utilisateurs abandonnés sur le bord du chemin, n’en finit pas de générer les réactions les plus diverses, des plus optimistes aux plus abjectes. Au coeur de la polémique, le PowerPC 970 et l’architecture RISC, solutions d’avenir tant pour Apple que pour nombre d’acteurs informatiques (voir édition du 26 février 2003). Le processeur en question, dévoilé par IBM en octobre dernier (voir édition du 16 octobre 2002), a déjà fait l’objet d’une analyse particulièrement fine de la part de nombre de sites “techniques”, tandis que les premières rumeurs ont circulé dès l’automne sur quelques sites d’aficionados du Mac, comme Macrumors. Macbidouille s’avère particulièrement disert sur les caractéristiques techniques et le contexte dans lequel le processeur sera utilisé par Apple. Le trafic du site s’en ressent. Utilisant des sources annoncées comme “sûres”, et avançant des informations ainsi que des chiffres que le bon sens (et le recoupement d’informations déjà dévoilées au public) permet de crédibiliser, le site a dressé un portrait des futures machines qu’Apple devrait dévoiler à l’occasion de la WWDC. Le portrait robot du futur Mac professionnel, qui serait en production depuis le 21 avril 2003, se présenterait ainsi : basé sur trois modèles tournant à 1,4, 1,6 et 1,8 GHz, en version mono et biprocesseur, il permettrait à Apple de rattraper et même de dépasser dans de nombreux domaines les performances de ses propres processeurs et de ceux de la concurrence. Le site montre notamment des comparatifs de PowerPC 970 qui laissent rêveur. “Sous Cinema 4D-XL, Photoshop et une bêta de Bryce 6, le PowerPC 970 relègue les actuels PowerMac au rang de machines de secrétaires”, se permet d’ironiser en substance le commentaire qui accompagne les quelques graphiques obtenus par Macbidouille.

Les explications techniques, que nous avons déjà détaillées, permettent de mieux comprendre la raison d’un tel saut de performances : d’un côté le processeur dispose d’une bande passante beaucoup plus importante que les PowerPC actuellement utilisés par Apple, et notamment des pipelines d’accès au moteur AltiVec, particulièrement performantes. Les dernières rumeurs colportées par Macbidouille viennent compléter un tableau dessiné avec le temps, qui pointe trop souvent vers une collaboration entre IBM et Apple, que pourrait avoir rejoint AMD, pour les prochaines générations de Mac. IBM ne fait pas grand mystère de son intérêt renouvelé de pousser la plate-forme PowerPC qu’il est le seul à maîtriser véritablement aujourd’hui, après que Motorola a plus ou moins officiellement jeté l’éponge. Apple n’a plus d’autre besoin que de se sortir de l’impasse où sa collaboration infructueuse avec Motorola l’a emmenée sur le G4 (voir édition du 11 décembre 2002) !

Nous sommes sauvés

Ce sont les réactions à cette rumeur qui s’avèrent troublantes : celle d’Apple au premier chef. Même si la firme reste fidèle à sa politique de ne pas faire de commentaires, son mutisme forcené (allant même jusqu’au silence radio complet imposé par la direction) a eu tendance à générer l’effet inverse à celui escompté ! Depuis qu’Apple cherche à empêcher la diffusion de rumeurs, celles-ci ont tendance à fleurir. Si la firme disposait d’une roadmap (plan de futurs développements) claire au milieu des années 90, aujourd’hui ce n’est plus le cas, et les clients, laissés à leurs angoisses sur l’avenir de la firme, sans informations, se tournent vers les sites de rumeurs, quand ce n’est pas vers les constructeurs de PC ! La comparaison avec le monde PC est d’ailleurs flagrante : l’activité de murmures est largement plus forte sur Mac ! Et les réactions de l’Internet vont bien au delà : si les sites de rumeurs ont repris les révélations de Macbidouille (les étayant pour certains), les forum n’ont pas manqué d’intervenants. Les principales réactions sont celles d’un certain soulagement : les aficionados du Mac, qui se raccrochent peu ou prou aux comparatifs et aux rumeurs, sentent qu’un vent de renouvellement est en train de se construire dans l’ombre de Cupertino. “Il est intéressant de voir que les rumeurs avancées par Macbidouille sont confirmées par des spécialistes du domaine, (?) tandis que quelques développeurs confirment les possibilités atteintes par les systèmes”, commentent un utilisateur d’un forum anglo-saxon. “Je suis soufflé”, avoue un autre. “Je sais bien que ce ne sont que des rumeurs, mais si elles sont vraies, nous sommes sauvés ! Cela fait quelques années que je ne ressens pas le besoin de changer de Mac, en raison de la faiblesse des apports successifs à la ligne de PowerMac. Si ces machines arrivent, je change immédiatement.” Et ce commentaire est suivi par pléthore d’autres dans la même tonalité.

Le vent qui a soufflé sur le Web après la parution des benchmarks et, accessoirement, de la roadmap supposée d’Apple pour l’année à venir par Macbidouille pourrait même avoir eu des conséquences sur le cours d’Apple. En effet, si à l’annonce des résultats de l’iTunes Music Store lundi, l’action prenait quelques points, elle en gagnait le double après l’heure de mise en ligne des informations sur le PPC 970 ! Troublant, même si la connexion n’est pas forcément évidente? Reste les réactions négatives : elles sont également pléthore ! Le plus inquiétant reste les réponses apportées par certains américains, qui ont eu tendance à diaboliser le site français. Certes, l’activité d’édition de rumeur ne rentre pas “dans la ligne du parti” prônée par Apple, mais de là à considérer que le site se “vengeait” des derniers désaccords politiques entre Paris et Washington, il y a un gouffre que certains ont franchi allègrement, traitant les français, et accessoirement le site, de tous les noms d’oiseaux connus. Au final, la montée en puissance de ces réactions envoie un double message à Apple et à la communauté d’utilisateurs du Mac : les années de “désert” subies avec l’utilisation du G4 ont bien fait peur à une clientèle qui a abandonné le camp d’Apple (notamment les professionnels) d’une part, réduisant la présence mondiale de la firme sur le marché à moins de 3 %. L’afflux de réactions est un indicateur de l’attente d’un signe de renouveau, mais aussi de certitudes sur le futur. D’autre part, la firme ferait bien de réévaluer sa politique concernant ses informations stratégiques : sa clientèle se sentira bien plus assurée si elle sait la tendance suivie. Gageons que le partenariat renforcé avec IBM montrera cette voie aux dirigeants de Cupertino.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur