Internet des objets : Orange accueille LoRa sur son réseau

M2MOpérateursRéseaux
orange-lora
5 32

Comme Bouygues Telecom, Orange va s’appuyer sur le protocole multifréquence LoRa pour déployer son réseau dédié à l’Internet des objets.

Les expérimentations menées à Grenoble autour de LoRa ont convaincu Orange d’adopter le protocole pour son réseau dédié à l’Internet des objets (IoT).

L’opérateur rejoint Bouygues Telecom, qui s’était positionné au mois de mars, prévoyant de couvrir 500 communes d’ici à la fin de l’année.

La filiale du groupe BTP est membre fondateur de la LoRa Alliance. Ce consortium d’industriels regroupe une quinzaine d’acteurs, dont quelques poids lourds comme IBM et Cisco. Il se donne pour objectif d’imposer Lora comme un standard de communication pour l’IoT.

Développé à l’origine par le Français Cycleo (filiale de Semtech depuis 2012), le protocole doit permettre des échanges bidirectionnels à faible débit entre des dispositifs alimentés par des batteries, afin de leur garantir plusieurs années d’autonomie énergétique.

Mis en situation à grand échelle avec plus d’une trentaine de partenaires sur l’agglomération grenobloise, LoRa – « Long Range » – sera exploité par Orange pour ses propres besoins, mais aussi ceux de ses clients, aussi bien le grand public que les entreprises.

En première ligne, les « villes intelligentes » pour la gestion des déchets, les mesures de pollution, l’optimisation des parkings et le relevé à distance des compteurs. Autre secteur porteur : les industries, pour gérer les machines et autres chaînes logistiques.

Pour Stéphane Richard, « le développement de l’Internet des objets s’annonce comme une lame de fond dans les années à venir ». Le P-DG d’Orange ajoute : « On estime qu’il y aura plus de 25 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020 ».

Le réseau IoT d’Orange sur protocole LoRa sera opérationnel au niveau national à compter du 1er trimestre 2016. Pas d’indications, néanmoins, sur les villes qui seront couvertes.

L’offre complétera les services M2M que l’opérateur exploite désormais depuis plus de 10 ans. Différentes solutions technologiques seront étudiées en parallèle pour assurer la communication entre les objets.

Orange poursuit par ailleurs ses travaux de normalisation des futurs réseaux cellulaires pour l’IoT. Notamment sur la norme 2G EC-GSM (Extended Coverage GSM) et en 4G LTE Cat 0 et PSM (Power Saving Mode) qui devrait être activée en 2017, ainsi qu’autour de la 5G, qui, à l’horizon 2022, définira les standards de l’IoT, comme le souligne Silicon.fr.

Le groupe prévoit de réaliser, d’ici à 2018, quelque 600 millions d’euros de revenus grâce à l’IoT. Sachant qu’au-delà de la connectivité, Orange développe une activité de distribution d’objets connectés, ainsi que des offres à valeur ajoutée dans le domaine de la santé, du bien-être, de la maison connectée ou encore des « smart cities », depuis des plates-formes compatibles et interopérables avec les différents réseaux adaptés aux objets connectés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur