Internet facilite les méga-centrales d’achat

Mobilité

Plusieurs géants de l’industrie automobile et de la distribution ont noué des alliances dans leurs secteurs respectifs pour centraliser leurs relations avec les fournisseurs.

S’il fallait un exemple pour expliquer comment Internet pouvait bousculer le commerce inter-entreprise, plusieurs géants de l’industrie se sont chargés d’en fournir deux illustrations majeures à quelques jours d’intervalle.

La semaine dernière, les constructeurs automobiles General Motors, Ford et Daimler-Chrysler annonçaient l’ouverture prochaine d’un site unique pour rassembler les commandes auprès de leurs fournisseurs, spécialisés dans le service ou les pièces détachées. Les trois géants espèrent réaliser des économies d’échelle en groupant leurs achats de pare-brise et autres enjoliveurs ou en faisant jouer la concurrence entre fournisseurs. Le réseau, dénommé Auto-xchange, fera appel à des technologies Oracle, avec une partie de la diffusion des catalogues de produits, des informations boursières et des ventes sous forme d’enchères placées sous la responsabilité technique de la société Commerce One, qui apporte son service TradeXchange. Une société commune sera fondée pour gérer le réseau, dont les détails seront livrés d’ici quelques semaines.

Cet espace marchand n’est pas fermé, et les trois géants invitent même leurs concurrents à le rejoindre. Renault-Nissan s’est déjà laissé convaincre. Volkswagen y a renoncé, considérant que l’échange d’informations sur ses fournisseurs risquait de mettre à nu sa stratégie ou ses produits en cours de développement.

Ce phénomène de concentration mondiale, sans précédent, se retrouve dans le domaine de la grande distribution. Carrefour, qui revendique la première place européenne avec 680 hypermarchés, s’est allié au géant américain Sears pour mettre en place un portail d’achat commun à environ 50 000 fournisseurs. Désigné sous le nom GlobalNetXchange, cet espace marchand est là encore confié à Oracle, à travers son application Exchange. Les premiers services seront opérationnels avant la fin du mois, avec là encore des fonctions dédiées aux enchères, à la gestion des stocks ou l’approvisionnement. Les produits concernés sont ceux de grande consommation, les textiles, les biens d’équipement ou l’alimentation. Les deux géants de la distribution espèrent réaliser 20 % d’économie sur les 80 milliards de dollars qu’ils réalisent chaque année. Bref, les petits commerçants peuvent trembler…

Pour en savoir plus :

* Ford

* Carrefour


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur