Internet mobile : “Des débits comparables aux offres ADSL fixes d’entrée de gamme” selon l’ARCEP

Cloud

Selon l’ARCEP, la qualité des service des réseaux mobiles (Orange, SFR et Bouygues Telecom) est maintenue pour les appels voix. Le débit Internet mobile s’améliore. Mais il ne faut pas relâcher les efforts.

“Des débits en hausse sensible et une qualité de service qui se maintient à un haut niveau.”

C’est le résumé du bilan 2009 de l’ARCEP de l’enquête d’évaluation de la qualité de service des réseaux mobiles 2G – 3G des trois opérateurs réseaux (Orange, SFR et Bouygues Telecom) pour la France métropolitaine.

Sans surprise, la qualité du service globale de téléphonie vocale affichent des niveaux de satisfaction se situant dans la fourchette 96,6 % – 97,3 %.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a mené ce test dans 52 agglomérations de plus de 10 000 habitants et dans des configurations différentes (appels à l’intérieur ou l’extérieur des bâtiments, dans un véhicule en mouvement).

On pourrait se contenter de cet état des lieux plutôt positif mais, en s’enfonçant dans des zones d’habitat moins concentrées, la qualité de service peut se dégrader rapidement en fonction des opérateurs.

Les résultats sont plus nuancés en fonction d’usages spécifiques : “Dans les TGV, la qualité s’est améliorée (…) en revanche, dans les trains de banlieue, les résultats sont en recul (…) Sur les autoroutes, les résultats sont sensiblement équivalents à ceux obtenus en 2008.”

Avec le déploiement de la 3G +, les débits des réseaux mobiles en France progressent.

A partir de tests Internet mobile menés dans les 12 plus grandes villes de France et 20 agglomérations “moyennes” (50 000 et 400 000 habitants), l’ARCEP considère que les débits moyens ont été multipliés par 1,5 : 2,2 Mbit/s en moyenne en téléchargement (5 Mbit/s pour les plus rapides).

Pour l’envoi de fichiers, le niveau de transfert se situe à 1,2 Mbit/s en moyenne. “Ces débits sont comparables aux débits offerts par les offres ADSL d’entrée de gamme sur réseaux fixes”, assure l’ARCEP.

Là aussi, ce constat est à relativiser au regard de la fracture numérique existante sur le territoire métropolitain en ce qui concerne l’accès Internet mobile. Les zones moins denses ou rurales demeurent défavorisées.

Au niveau du service SMS, difficile de contester la qualité (99% de satisfaction). En revanche, “les services MMS et WAP connaissent un recul par rapport à 2008, respectivement de 4 % et 2 %”.

Pour la prochaine édition 2010, l’ARCEP intégrera dans son enquête la “navigation Internet via des smartphones”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur