Internet mobile : Nokia France va livrer son premier bouquet ‘Ovi’ d’ici fin 2007

Mobilité

Pour sa conférence de rentrée, la branche française de Nokia a fait un focus
sur sa nouvelle stratégie Internet.

L’Internet mobile, c’est le nouveau dada de Nokia. Lors d’une conférence de presse organisée mercredi, la branche française de l’équipementier télécoms a pris le temps de présenter la stratégie Internet autour de la marque Ovi initialement présentée fin août à Londres avec en guest star le lancement de Nokia Music Store, l’arme anti-iTunes/iPod d’Apple en matière de musique numérique. Côté hardware, la firme finlandaise se targue d’avoir écoulé 100 millions de baladeurs numériques l’année dernière.

“Nous voulons devenir un acteur majeur de l’Internet mobile dans le monde “, explique Jacques Sylvander, Directeur général de Nokia France. Pour le fabricant numéro un mondial de terminaux mobiles (900 millions de personnes disposent d’un combiné Nokia), c’est un nouveau positionnement stratégique qui glisse vers le terrain des médias et des opérateurs mobiles. “Dans certaines zones du monde, des opérateurs n’ont pas établi de stratégies services. Nokia compte les y aider”, a précisé Jacques Sylvander lors de la session des questions-réponses.

Quid en France ? Sachant que les trois principaux opérateurs mobiles exploitent leurs propres portails. La réponse est un brin évasive. “Nos équipes travaillent dessus (…) mais nous avons des preuves tangibles de coopération”, assure le DG de Nokia France. Celui-ci met en exergue le cas de l’accord commercial signé en juin avec Bouygues Telecom autour du modèle de terminal 6110 Navigator. “Nous partageons les revenus issus de la vente de la fonction du système de navigation”, précise Jacques Sylvander.

Pour la rentrée, Nokia France met plutôt en avant son nouveau modèle N95 8GB embarquant un appareil phot à 5 Mégapixels, un baladeur MP3, une fonction GPS et un navigateur Internet permettant de surfer en HSDPA.

N-Gage ressuscite

Nokia veut “dépasser notre coeur de business”, confime Jaakko Salmine, Directeur développement de Nokia France. Derrière la marque Internet Ovi (“la porte” en finlandais), les consommateurs trouveront des services de jeux, de musique, des applications de type communautaires (social networking) et des softwares. “Une place de marché où il sera possible de partager des contenus et d’en créer soi-même”, précise Jaakko Salmine.

Une salve de premiers partenaires (surtout américain) a été dévoilée : Google, Yahoo, Digg, Twitter, YouTube, LinkedIn…Avec un engagement au bout du compte : “l’utilisateur retrouvera les mêmes contenus et les mêmes services sur le mobile et le PC fixe”.

Pour la partie jeux, il s’agit d’une résurrection. Nokia a remodelé le concept N-Gage jusqu’ici rattaché à une console portable de jeux. Désormais, c’est la plate-forme de référence pour les services jeux déployés sur les mobiles Nokia. “L’écosystème” N-Gage repose sur trois piliers : des “multimedia computers” (en fait, des terminaux mobiles sophistiqués), des services liés et des jeux.

Notons l’effort de simplification de l’offre : “les jeux pourront être essayés avant d’être achetés”, souligne Olivier Mas, en qualité de Game Manager. Avec une limite : les parties de jeux seront uniquement accessible sur le mobile. Par conséquent, oubliez l’engagement d’Ovi précité sur la parité totale des services PC fixe-mobile.

Deux millions de titres sur Nokia Music store

Après le rachat de Loudeye/OD2 en 2004, Nokia avait clairement affiché ses ambitions dans la musique mobile. Nokia Music Store disposera un catalogue de deux millions de titres issus des majors de musique et de plusieurs milliers de labels. Pour l’achat d’un titre, il faudra débourser un euro. Pour l’album, ce sera dix euros. Simple à retenir dans l’esprit du consommateur. C’est encore trop cher, diront les bougons.

L’utilisateur disposera d’un identifiant unique pour accéder à son service PC fixe et mobile. “La synchronisation de la bibliothèque musicale entre les deux supports se fera de manière automatique”, assure Eric Munier, Music Manager chez Nokia. Sachant que c’est le système DRM (protection des droits numériques) de Windows qui a été retenu par la firme finlandaise. Le nombre de copies de fichiers autorisés à télécharger serait de 20.

En attendant l’inauguration en France du premier bouquet de services Ovi prévus d’ici la fin de l’année, le fabricant de terminaux mobiles exploite un premier outil : Nokia Maps. Cette fonctionnalité, lancée dès avril avec le Nokia N95, permet de transformer son mobile en système de navigation personnelle. C’est un service gratuit avec des options payantes (pour des fonctions vocales ou l’accès à des guides touristiques).

En six mois, Nokia Maps a évolué avec un accès plus rapide au mode GPS, la vision 3D a été affinée et l’ajout prochain d’une cinquantaine de cartes (100 déjà disponibles). “D’ici 2008, 200 millions de terminaux Nokia seront équipés de la fonction Maps”, estime Philippe Cota, en qualité de marketing manager. La technologie de cartographie est issue du rachat par Nokia de l’éditeur allemand Gate5. Tandis que les cartes sont fournies par TeleAtlas.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur