Internet mobile : Streamezzo soutenu par Qualcomm et un fonds koweitien

L’éditeur français orienté applications rich media pour les portails mobiles lève 15 millions d’euros en élargissant son pool d’investisseurs.

telephone

Il y a des prestataires français que l’on ne voit pas grandir. Streamezzo en fait partie. Créé en 2004, cette société française a vocation à développer des solutions logicielles rich media destinées à améliorer le confort des « mobinautes » sur les portails des opérateurs mobiles en renforçant leurs offres de services multimédia (musique, vidéo, jeux, télévision..).

Streamezzo vient d’annoncer une troisième nouvelle levée de fonds de 15 millions d’euros (contre 11 millions l’année dernière). Selon Alain Blancquart, qui occupe le poste de PDG de la société depuis octobre 2006, environ 33 millions d’euros ont été injectés dans cette structure depuis le démarrage de l’activité.

Ce sont surtout les investisseurs déjà présents dans le capital de Streamezzo qui se sont de nouveau mobilisés pour ce nouveau tour de table : Axa Private Equity, Sofinnova, T-Source et Get Valorisation (branche d’investissement du pôle éponyme de recherche publique en TIC).

On y trouve des profils plus surprenants comme Qualcomm. Le fournisseur américain de composants pour les communications sans fil a investi dans Streamezzo à travers sa branche « corporate venture », qui compte consacrer 100 millions d’euros à des projets de type start-up sur le continent européen.

Autre invité : National Technology Entreprises Company (NTEC), une structure d’investissement d’origine koweitienne, qui a placé 2 millions d’euros.

Renforcer la R&D et élargir le terrain d’action

Les fonds levés vont servir à étoffer l’équipe R&D (40 collaborateurs sur un effectif de 100 personnes) et à élargir le champ d’action géographique de Streamezzo. La société est implantée dans six pays (dont les Etats-Unis, la Chine et Singapour). Elle compte se renforcer en Asie et regarder davantage les marchés du continent américain.

La clientèle de Streamezzo, ce sont d’abord les opérateurs mobiles qui cherchent à dynamiser leurs univers Internet mobile. « Notre grande force, c’est le déploiement de nos solutions sur 250 modèle de téléphones certifiés », explique Alain Blancquart. Sachant que le prestataire se veut agnostique en termes de plate-formes : Java, Windows mobile, Symbian..en attendant les versions iPhone et Google Androïd.

En France, SFR a parié très tôt sur le savoir-faire de Streamezzo et l’a remis au goût du jour avec le lancement de ses offres Illimythics. Ce sera difficile de séduire les autres opérateurs : Bouygues Telecom a préféré l’i-mode et Orange travaille avec un concurrent de Streamezzo (qui serait le britannique BlueStreak). En tout, le prestaire recense 15 clients dans le monde et met en avant le projet de télévision sur mobile de l’opérateur australien Telstra en collaboration avec Alcatel-Lucent.

Rédacteur en chef ITespresso.fr Lire mes autres articles

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



0 replies to Internet mobile : Streamezzo soutenu par Qualcomm et un fonds koweitien

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

01:56:32