Internet des objets : Actility monte un plan d’investissement à la Sigfox

CloudEntrepriseGestion cloudLevées de fonds
actility-levee-fonds
3 12

En exploitant sa propre plateforme Internet des objets, Actility lève 22,1 millions d’euros auprès de fonds, d’un fournisseur high-tech et d’opérateurs (dont Orange).

Cela tourne à la frénésie dans l’univers de l’Internet des objets.

La société bretonne Actility vient de dévoiler un tour de table de 25 millions de dollars (22,1 millions d’euros).

Alors que Sigfox vient de renforcer ses assises en annonçant une alliance avec Samsung.
Initialement positionnée à son démarrage en 2010 sur les cleantechs et les réseaux intelligents (smart grids), la société, basée à Lannion (Côtes d’Armor), surfe désormais sur la vague Internet des objets et exploite une plateforme ad hoc baptisée ThingPark.

Elle s’appuie sur le protocole LoRaWAN, soutenu par la LoRa Alliance (qui a émergé lors du dernier Mobile World Congress de Barcelone) en vue d’une standardisation.

Avec ThingPark, Actility s’attaque à l’IoT en mode vertical et s’engage à un déploiement rapide auprès de ces clients BtoB.

« En associant le réseau LoRaWAN, la plateforme cloud et la place de marché, Actility crée le premier réseau mondial Internet des Objets de bout en bout, sécurisé, complètement bidirectionnel, longue portée et basse consommation« , explique la société dans le communiqué annonçant la configuration de la levée de fonds.

Sur le front des investisseurs, on assiste à une guerre des blocs. Avec le fonds genevois Ginko Ventures comme chef de pool, Actility a réussi à convaincre des opérateurs télécoms comme KPN, Orange et Swisscom mais aussi Foxconn, le sous-traitant high-tech asiatique derrière lequel on trouve des produits Apple (iPhone, iPad) mais aussi HP ou Dell.

Précisons que Tony Shakib, Vice-Président IoE (Internet of Everything) Vertical Solutions chez Cisco, est cité dans le communiqué d’Actility. L’équipementier réseaux apparaît seulement comme un partenaire technologique.

Il y aussi d’autres fonds qui suivent comme IdInvest Partners et Truffle Capital*.

Pour mesurer la guerre d’influence dans les investissements IoT, rappelons les soutiens de Sigfox venus alimenter sa levée de fonds de 100 millions d’euros annoncée en février : trois opérateurs télécoms internationaux (Telefonica, SK Telecom et NTT Docomo Ventures), un fonds américain (Elliot Management Corporation) et des partenaires industriels (GDF Suez, Air Liquid et Eutelsat).

« Un réseau Internet des Objets opéré permettra par exemple aux fournisseurs d’électricité d’accélérer le déploiement de leurs compteurs intelligents, d’optimiser les niveaux des réservoirs de combustibles, d’augmenter leurs parts d’énergies renouvelables en contrôlant des thermostats intelligents », commente Olivier Hersent, fondateur d’Actility, cité dans le communiqué.

Point commun entre Sigfox et Actility : le soutien de Bpifrance (à travers le Fonds Ecotechnologies pour le cas de la deuxième société).

Rappelons que la semaine passée, une autre société, installée à Angers (Maine-et-Loire) cette fois-ci, a annoncé une levée de fonds de 10 millions d’euros fondée essentiellement sur de l’investissement régional : Qowisio.

Difficile d’avoir une idée du réel poids de l’essor de la sphère Internet des objets car les cabinets d’études montrent des prévisions différentes : entre 50 et 80 milliards dans le monde d’ici 2020 (15 milliards actuellement) selon l’Idate, 26 milliards d’ici 2020 selon Gartner.

Selon IDC, l’écosystème IoT pourrait représenter un volume d’affaires de 1700 milliards de dollars à la même échéance.

ThingPark-schema
Schéma ThingPark d’Actility pour les réseaux sans fil dans le cadre d’un déploiement smart city

*Full disclosure : Truffle Capital est actionnaire majoritaire de la société NetMediaEurope, éditrice d’ITespresso.fr

 

 

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur