Internet des objets : Nest débarque en France et en Belgique

Mobilité
nest-arrive-france-internet-objets

Propriété de Google, Nest va commercialiser ses produits de la vague Internet des objets (comme le thermostat intelligent), dans quatre nouveaux pays européens dont la France.

Dans le cadre de l’IFA de Berlin, Nest a annoncé son expansion dans quatre pays européens : France, Belgique, Pays-Bas et Irlande. La start-up de l’Internet des objets, acquise par Google en janvier 2014 pour un montant de 3,2 milliards de dollars, est déjà présente aux Royaume-Uni ainsi qu’au Canada et aux Etats-Unis.

Avec une image associée aux objets connectés et au design, Nest suscite beaucoup d’intérêt. Lionel Paillet, directeur général de Nest pour l’Europe, précise dans un communiqué de presse : “Bien que les produits Nest ne soient vendus que, dans trois pays à l’heure actuelle, il existe une forte demande pour ces produits dans le monde entier. En fait, les produits Nest ont été installés par des clients dans plus de 120 pays et l’on estime que les thermostats Nest ont déjà permis d’économiser deux milliards de kilowatt heures (kWh) d’énergie par rapport à ce que leurs propriétaires auraient dépensé en chauffage et en refroidissement à une température constante. Cette énergie est suffisante pour alimenter 180 000 foyers américains pendant un an.”

Co-fondée en 2010 par Matt Rogers et Tony Fadell, la start-up californienne commercialise deux produits : un thermostat intelligent ainsi que Nest Protect, un capteur de monoxyde de carbone et de fumée, aux tarifs respectifs de 249 et 129 dollars.

Pour s’implanter sur les nouveaux marchés européens, les produits Nest seront commercialisés dans 400 magasins dès leur lancement. Au Royaume-Uni, depuis fin avril, 100 enseignes distribuent la marque Nest et le nombre d’installateurs professionnels de Nest est passé de 200 à 900.

Bien que l’annonce ait été faite lors de l’IFA de Berlin, l’expansion de Nest ne touche pas encore l’Allemagne. Avant de s’implanter dans un nouveau marché, la société s’assure que son thermostat fonctionnera bien avec les systèmes de chauffage utilisés dans le pays et qu’il y aura des intermédiaires pour assurer l’installation sur site.

Au gré de partenariats noués avec le fournisseur de gaz et d’électricité Direct Energie en France, Lampiris en Belgique et Essent aux Pays-Bas, le thermostat Nest sera subventionné. De nouvelles voix dans les langues locales pour le système d’alerte Nest Protect ont d’ores et déjà été enregistrées.

Nest : vers un écosystème domotique nouvelle génération

Nest Labs a levé 80 millions de dollars depuis sa création, notamment grâce à Google Ventures et à la société de capital-risque Kleiner Perkins Caufield & Byers. Le rachat de Nest par Google survient est la troisième plus grosse acquisition jamais réalisée par la firme de Mountain View (après celles de Motorola Mobility et de DoubleClick).

Associés à un environnement applicatif géré par Android, les appareils connectés de Nest Labs mais aussi de Dropcam (société acquise par Nest) peuvent s’inscrire dans des scénarios de contrôle du domicile : ouverture d’une fenêtre en fonction de la température et surveillance de cette fenêtre via la caméra qui pourra détecter une intrusion.

Certains véhicules Mercedes pourront également indiquer au thermostat que vous rentrez bientôt à vote domicile, tout comme Nest Protect peut faire clignoter vos ampoules LIFX dès lors qu’un incendie est détecté. Autant de possibilités qui font du thermostat Nest un véritable hub domotique paré pour accueillir tout un écosystème de produits connectés dans la mouvance de l’Internet des objets.

Quiz : Connaissez-vous le marché de la domotique ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur