Internet.org : le drone Aquila de Facebook prend son envol

Gestion réseauxMarketingRéseauxSocial MediaTrès haut débit
aquila-line-drone
2 2

Facebook s’apprête à tester, en conditions réelles, son drone Aquila, associé à un système de transmission de données par laser dans le cadre du programme Internet.org.

Facebook a franchi une nouvelle étape dans le développement d’Aquila.

Ses laboratoires ont livré une première version finalisée de ce drone qui tire son nom du terme latin utilisé pour désigner l’aigle et dont la mise en oeuvre s’inscrit dans le cadre de l’initiative Internet.org, portée sur la « connectivité pour tous ».

En un an d’exploitation, ce programme a permis d’établir une cartographie de l’état des réseaux sur la planète. Facebook a notamment constaté que 10 % de la population mondiale vit dans des zones reculées dépourvues d’infrastructures… dont le déploiement serait coûteux en plus d’être chronophage.

Le réseau social en a fait, à travers son Connectivity Lab, l’un de ses principaux axes de réflexion : comment minimiser le poids économique lié au déploiement de la connectivité Internet ?

La réponse semble résider dans l’alliance de solutions terrestres, de satellites et d’aéronefs. Aquila doit y contribuer.

Développé au Royaume-Uni, le drone sera installé à une altitude comprise entre 18 et 27 km, où il fonctionnera théoriquement pendant 90 jours.

Pour emmagasiner suffisamment d’énergie solaire, Aquila dispose d’une envergure de 47,50 mètres, soit l’équivalent d’un gros-porteur de type Boeing 737. Mais il est bien plus léger, pesant autant qu’une petite voiture, grâce à une armature en fibre de carbone.

En plus des fréquences hertziennes, le drone s’appuiera sur un système de transmission de données par laser, élaboré par une équipe basée en Californie, à Woodland Hills. Facebook évoque des débits de « plusieurs dizaines de gigabits par seconde » sur une distance de plusieurs dizaines de kilomètres, avec une précision de l’ordre d’une pièce de monnaie.

Ces lasers ont fait l’objet de tests préliminaires en conditions atmosphériques réelles. Ils seront utilisés pour la communication entre une station terrestre et un drone « principal » qui redistribuera la connexion vers des drones « secondaires ». Un vol d’essai est toujours prévu pour Aquila dans le courant de l’été.

aquila

Crédit photo : Dudarev Mikhail – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur