Internet va absorber la téléphonie vocale

Cloud

Le patron d’UUnet, le plus grand fournisseur d’accès Internet au monde, prévoit des communications dominées par Internet et la fin de la téléphonie traditionnelle d’ici cinq ans.

John Sidgmore, le président d’UUnet, filiale de Worldcom, a fait forte impression lors de son intervention au salon ISPcon qui se tient cette semaine à San Jose aux Etats-Unis. Le patron du plus grand fournisseur Internet de la planète a livré sa vision de l’industrie des télécommunications de demain, complètement dominée par Internet.

Indiquant qu’actuellement la bande passante double tous les trois ou quatre mois, il a expliqué que la tendance pourrait encore s’accentuer avec l’arrivée continue de nouveaux usagers et de nouveaux services.

Selon lui, une forte demande devrait venir de l’Europe car “les gouvernements ont pris conscience du mouvement et les contenus locaux se développent.”

Un autre besoin en bande passante viendra de la montée en puissance de ce qu’il appelle les “cafards”. Il désigne par là les petits appareils qui peuvent se connecter au réseau comme les organiseurs ou les téléphones mobiles. D’après lui, ces appareils seront bientôt capables de rechercher de façon autonome des infos pour leur propriétaire, générant ainsi un trafic monstre sur le réseau.

Il prévoit aussi une nouvelle demande avec l’avénement de services véritablement multimédia. Aujourd’hui à l’état de balbutiements, ils auront besoin demain de larges bandes passantes. Selon Sidgmor, malgré cette forte croissance, il n’y a pas de risque de saturation. Sa société déploie des fibres optiques un peu partout “aussi vite qu’il est humainement possible de le faire.”

Sigdmor prédit que le réseau Internet va bientôt avaler le trafic de la téléphonie vocale car l’usage du Net grimpe de 1000% chaque année tandis que celui de la téléphonie traditionnelle n’augmente que de 8 %. “Si aujourd’hui 50% du trafic voix vient du fax, toute cette partie va très vite passer sur Internet. Le reste devrait suivre assez vite”.

Il pense qu’Internet sera la charpente centrale des communications d’ici deux à trois ans et que le basculement définitif entre les deux systèmes se fera d’ici quatre à cinq ans. Selon lui, il faudra du temps parce que l’infrastructure est en place et que les prix peuvent encore être baissés mais à terme, la téléphonie traditionnelle est condamnée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur