Interopérabilité : Red Hat voit des limites dans l’offre de Microsoft

Cloud

Red Hat refuse clairement de signer un accord d’interopérabilité fondé sur
les mêmes principes que l’accord Novell-Microsoft de novembre 2006.

Red Hat n’acceptera de signer un accord d’interopérabilité avec Microsoft qu’à la condition qu’il soit entièrement basé sur des normes ouvertes, a indiqué son directeur technique Paul Cormier dans une entrevue avec Vnunet.com.

“L’interopérabilité sur la base d’API fermées n’est pas une interopérabilité,” a-t-il ajouté. “Nous n’accepterons jamais une interopérabilité sur une telle base.”

Paul Cormier a de nouveau confirmé que Red Hat était en pleine discussion avec Microsoft dans le but d’améliorer l’interopérabilité de la distribution Linux de Red Hat avec les environnements Windows. Son discours laisse toutefois entendre que Red Hat ne serait pas disposé à signer un accord similaire à celui conclu entre Novell et Microsoft en novembre dernier.

L’éditeur juge en effet inutile un tel accord, estimant que l’interopérabilité devrait déjà être garantie par les normes ouvertes.

“Nous pouvons relever ce défi grâce au travail que nous réalisons dans le domaine des normes ouvertes”, a déclaré Timothy Yeaton, directeur marketing mondial de Red Hat, “Aucun accord n’y changera quoi que ce soit.”

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 9 mai 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur