Interview Hervé BLOCH : “Les BigBoss pèsent 15 milliards d’euros”

E-commerceMarketing
Herve bloch - bigboss

A l’occasion de la quatrième édition des BigBoss, son fondateur Hervé Bloch revient sur le modèle de ces manifestations, réunissant le temps d’un week-end plus de 300 professionnels du e-commerce.

ITespresso.fr : Comment se présente cette nouvelle édition des BigBoss Summer Edition ?

Hervé Bloch – C’est déjà la quatrième édition des BigBoss, à raison de deux rendez-vous par an, avec une Summer Edition  en juin et une édition au ski en décembre.

Cette deuxième édition estivale est déjà un succès puisque nous allons affréter un deuxième avion pour transporter les 300 professionnels du e-commerce en Grèce, dont 170 BigBoss qui se sont inscrits cette année. Nous avions eu plus de 700 pré-inscriptions mais nous n’avons hélas pas pu accueillir tout le monde.

ITespresso.fr : Les bigboss, c’est du big business ?

Hervé Bloch – Oui, nous avons des stars, comme ShowRoomPrivé ou Vente-Privée.com, mais également plus d’une centaine de e-commerçants réalisant plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires.

Au total, j’estime que ces BigBoss pèsent plus de 15 milliards de chiffre d’affaires et qu’ils disposent donc d’une capacité d’investissement conséquente pour développer leur business.

C’est d’ailleurs ce qui attire les dizaines de prestataires, sponsors de l’événement, qui ont bien compris l’intérêt du format.

En moyenne, un sponsor peut espérer générer 300 000 euros de volume d’affaires et certains d’entre eux, comme SalesForce ou ArthurMedia Group, ont déjà dépassé le seuil symbolique du million d’euros.

ITespresso.fr – Week-end, soirées et maintenant course à pied. Vous ne craignez pas de mélanger les genres ?

Hervé Bloch – J’assume parfaitement le côté Club Med des BigBoss et mon rôle de Gentil Organisateur car c’est ce qui différencie cet événement d’autres rendez-vous d’affaires.

La première journée est relativement sérieuse, avec 1700 rendez vous one-to-one organisés en moins de deux heures et une compétition des Big Boss Idol récompensant les meilleurs prestataires. Mais les deux jours qui suivent, qui sont plus tournés vers le loisir et la détente, sont également essentiels au succès du format.

Les participants des précédentes éditions expliquent qu’ils ont le temps de découvrir des partenaires, de construire des relations dans un cadre détendu voire de redécouvrir leurs clients et de leur proposer de nouveaux projets.

Itespresso.fr – Toutes ces initiatives sont « offline » . Pourquoi ne pas fédérer cette communauté au travers d’un réseau social sur Internet ?

Hervé Bloch – Aujourd’hui les BigBoss sont bien plus que ces week-ends. Nous avons constitué un BigBoss Band, avec les meilleurs musiciens, organisé plusieurs soirées dont une à l’Olympia.

Des Bigboss viennent également de créer le Digital Runners Club pour courir ensemble le dimanche matin au bois de Boulogne à Paris.

Nous sommes parvenus à créer une véritable communauté, reposant sur la confiance. Je l’appelle la “Big Boss Familly” et cette communauté d’acheteurs a effectivement vocation à peser sur le e-commerce français.

En savoir plus BigBoss Summer Edition 2015

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur