Interview: O. Klaba (OVH) : “Le RPS, une innovation en termes de stockage”

Cloud

Le directeur général du spécialiste français de l’hébergement de sites Internet revient sur sa nouvelle offre de serveur hybride.

En complément de l’article diffusé sur la nouvelle offre d’hébergement lancée par OHV autour du Real Private Server (RPS), Vnunet.fr propose une interview d’Octave Klaba, directeur général de la société, qui apporte quelques précisions supplémentaires sur ce nouveau produit.

Vnunet.fr: Pourquoi lancer une telle offre se situant dans la même gamme de prix que les serveurs dédiés “Kimsufi” ?
Octave Klaba: Le RPS est deux fois moins cher que le serveur dédié le moins cher du monde.. qui est le Kimsufi. Le RPS est dans la gamme de prix des VPS [serveurs privés virtuels, ndlr]. A la différence des VPS, on fournit plus pour le même prix. Notamment le “vrai” CPU, la “vraie” RAM et 100 Mbit/s de bande passante. Cette offre est une innovation en termes de stockage puisque nous utilisons l’iSCSI avec plusieurs milliers de RPS. Il nous aura fallu plusieurs mois pour mettre au point ce genre d’utilisation.

Vnunet.fr : Les limitations techniques de vos offres mutualisées semblent assez hautes. Dès lors, ne craignez-vous pas une certaine concurrence avec le RPS ?
Octave Klaba: Entre l’hébergment mutualisé et le serveur dédié, nous avons voulu proposer une offre innovante à un bon prix qui permet à nos clients d’avoir les plus d’un serveur dédié (la liberté) et les plus d’un hébergement mutualisé (la gestion de l’infrastructure par OVH). C’est donc un produit qui s’inscrit dans la gamme de nos produits entre l’hébergement mutualisé et le serveur dédié. Le choix est le leitmotiv de l’Internet ; le client commande sur Internet parce qu’il a le choix entre une multitude de fournisseurs et de produits. Ovh s’inscrit complètement dans cette démarche.

Vnunet.fr: Quel regard portez-vous sur les offres des concurrents comme Gandi qui utilise Xen ou Ikoula/Amen qui utilisent tous deux Virtuozzo ?
Octave Klaba: Les offres VPS, c’était l’innovation des années 2003/2004. Proposer une totale liberté pour moins de 30 euros permettaient aux revendeurs de mutualiser les coûts de l’hébergement et augmenter la valeur ajoutée des offres. En les observant, nous notons que les offres VPS manquent, depuis le début, de qualité de service. En effet, un client VPS peut provoquer des ralentissements qui seront répercutés sur un autre compte, tout ça parce qu’il utilisera toute la puissance de calcul ou de mémoire. De même, les clients de ces offres n’ont pas la garantie que l’hébergeur joue la carte de qualité et prenne le risque d’héberger trop de VPS sur un serveur physique. En bref, OVH n’a jamais voulu signer une offre de serveur virtualisé parce que l’on a toujours préféré assurer une qualité de service optimale, c’est pourquoi nous avons travaillé sur la réduction des coûts d’un serveur dédié.

Vnunet.fr: Alors, OVH ne fera donc jamais de VPS ?
Octave Klaba: Nous sommes arrivés en 2006 à l’offre Kimsufi à 19, 99 euros HT/mois. Pour faire moins cher, il a fallu enlever le disque dur et utiliser l’iSCSI en masse, puis travailer sur la consomation électrique. Cela a donné la naissance au RPS à 9, 99 euros HT/mois. Dans sa version finale, le RPS possède de nombreux avantages par rapport aux offres VPS, notamment la couche qualité de service qui assure de manière très simple à chaque client son processeur dédié, sa propre RAM et sa propre carte réseau. Il ne mutualise que le disque dur à travers l’iSCSI. La qualité de service de RPS est donc automatiquement supérieure à n’importe quel VPS dans la même gamme de prix. Néanmoins, OVH travaille sur des offres de serveurs virtualisés pour les revendeurs. Nous proposerons sous dix jours les premieres distributions de virtualisation qui permettent d’utiliser les serveurs de la gamme pro (EG/MG/HG) pour proposer des VPS. Notre client pourra ainsi proposer lui-même des VPS avec un coût de revient proche de 6 euros HT par mois et même se positionner comme concurrent de notre RPS…

Le trafic de l’hébergeur atteindra bientôt 100 Gbit/s
En marge de cette interview, OVH précise qu’il gère son réseau en propre entre les villes de Paris, Amsterdam, Frankfurt, Bruxelles et Londres en s’appuyant sur Infinera (voir article de Silicon.fr sur le sujet mais aussi une vidéo sur YouTube). Il maintient également ses propres boucles métropolitaines ainsi que ses centres de données qui se situent à Paris et Roubaix. La bande passante sortante est actuellement proche de 100 Gbit/s et la société annonce qu’elle sera doublée tous les ans. Elle compte également mettre en place un IXP (Point d’interconnexion entre opérateurs et fournisseurs de services Internet, ndlr) baptisé “Ch’tix”. La capacité de son réseau vers l’Internet dépasserait quant à elle 200 Gbit/s et serait mise à niveau presque toutes les semaines… Impressionnant.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur