iPad 2 : une production revue à la baisse ?

MobilitéTablettes

Apple s’apprêterait à diminuer de 25% sa production de tablettes iPad 2 pour le dernier semestre 2011. Plusieurs fournisseurs de composants en ont fait part au cabinet JP Morgan.

Bloomberg relaie les propos tenus aux analystes de JP Morgan par plusieurs fournisseurs de composants destinés à l‘iPad 2. Apple aurait décidé de ne produire que 75% des stocks initialement prévus pour les trois mois à venir.

Cette affaire, qui pourrait notamment impliquer Foxconn et sa nouvelle usine brésilienne, n’est pas sans rappeler les retards à l’allumage un temps pressentis pour la troisième tablette de la firme de Cupertino.

En effet, la technologie rétinienne implantée dans les dalles tactiles nécessite entre autres la fabrication d’un module de rétroéclairage dédié, plus volumineux qu’à l’accoutumée.

Principaux partenaires d’Apple dans la démarche, LG et Samsung, bientôt rejoints par Sharp, s’étaient fait porter pâles à l’heure d’optimiser le rendement de leurs chaînes de production.

Le duo serait à même de livrer chaque mois un maximum de 5 millions de ces panneaux IPS. Une performance tout juste en phase avec des estimations qui font état de 11 à 12 millions de terminaux iPad 2 livrés sur le dernier semestre 2011.

Mais cette mésaventure due à une défaillance de l’offre et indépendante d’Apple lui-même n’était pas censée augurer d’une baisse généralisée de la demande de composants.

Or, retranscris par Bloomberg, les propos de nombre de partenaires concordent : Apple a commandé 25% de composants de moins qu’escompté.

Le leader sur le segment des terminaux mobiles s’est-il vu trop beau, trop tôt ? La machine s’est-elle emballée au rythme d’un iPad qui devrait représenter 73% des tablettes écoulées en 2011 (17% de parts de marché pour Android) ?

Certains analystes relativisent cette manoeuvre et mettent en avant le marasme économique qui règne en Europe.

Même Apple doit revenir sur Terre au regard de la situation actuelle“, expliquent ainsi des représentants de la branche asiatique la Royal Bank of Scotland.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur