iPhone explosifs : la DGCCRF mène l’enquête

MobilitéSmartphones

Face à la multiplication des incidents liés à des implosions d’iPhone en France, la DGCCRF a annoncé procéder à des “vérifications” concernant ces cas depuis une dizaine de jours.

La presse ne cesse de révéler de nouvelles affaires d’implosion d’iPhone : après des cas répertoriés à Aix-en-Provence, à Marseille, et plus récemment dans le Gard, Europe1 dévoile la mésaventure de Valentine, une adolescente habitant la région parisienne, qui a vu l’écran de son iPhone se fissurer alors qu’elle rédigeait un SMS. Quant au quotidien Le Parisien, il rapporte la cas d’un retraité de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), qui a aussi remarqué que son écran s’était fissuré après avoir constaté que son smartphone commençait à surchauffer.

Face à ces cas de plus en plus nombreux, touchant des iPhone mais aussi des iPod, en France, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Japon, la Commission européenne avait demandé il y a quelques jours à Apple de s’expliquer clairement sur ces affaires. Pour la firme de Cupertino, il ne s’agit que d’“accidents isolés”, même si elle a précisé qu’elle comptait mener l’enquête pour comprendre l’origine de ces problèmes et ainsi obtenir davantage “d’informations et des détails spécifiques”.

Jusqu’à nouvel ordre, Apple ne semble valider que les incidents liés à une surchauffe de la batterie de ces appareils, et se refuse encore à officiellement reconnaître d’autres défaillances pouvant entraîner des dommages importants sur des terminaux comme l’iPhone ou l’iPod Touch.

La DGCCRF a pris contact avec Apple

Face à ce silence embarrassé, la DGCCRF, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, veut aller plus loin. Elle a ainsi annoncé avoir ouvert une enquête sur les incidents liés aux iPhone il y a une dizaine de jours.  “[…] nous nous sommes saisis du problème et nous regardons ça de près”, a précisé une porte-parole de la DGCCRF à l’AFP.

L’organisation compte ainsi procéder à des “vérifications”, comme cela aurait été le cas avec n’importe quel autre produit. Selon la porte-parole de la DGCCRF, il s’agit donc d’une “procédure habituelle”. Pourtant l’organisation n’aurait pas encore pris contact avec les personnes ayant été victimes d’accidents touchant leur iPhone en France. Toutefois, la DGCCRF a précisé qu’elle était déjà “en contact avec Apple”.

A lire également sur ITespresso.fr : L’effet iPhone 3G S

Source DigitalTrends -
Source DigitalTrends -Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur