iPv6 : le gouvernement français ne veut pas s’impliquer

Cloud

Deux députées avaient posé une question sur les mesures que le gouvernement comptait prendre pour soutenir la migration IPv4/IPv6. La réponse est décevante.

Les députées Laure de la Raudière (UMP) et Corinne Erhel (PS), qui avaient interpellé fin 2010 le gouvernement à propos des initiatives à prendre pour favoriser l’adoption du protocole IPv6 (“l’Internet nouvelle génération”), risquent de se montrer déçues de la réponse.

Selon The Inquirer, “le gouvernement français indique que tout va bien pour IPv6 et qu’il ne compte pas soutenir (ou même forcer) la transition IPv4/IPv6”.

Dans sa réponse, le gouvernement considère que “la pénurie d’adresses IPv4 ne signifie pas la fin de ce protocole d’adressage mais la cohabitation entre les adresses IPv4 et IPv6 au sein des réseaux de communication électroniques. Les opérateurs ont commencé, selon leurs différents plans stratégiques, à déployer lPv6 au sein de leurs réseaux et gérer la cohabitation avec lPv4”.

Tout en poursuivant : le gouvernement “s’attache depuis plusieurs années à contrôler que les dernières adresses IPv4 soient allouées de manière équitable par l’Autorité pour les noms et numéros assignés (IANA) au niveau mondial et par le registre Internet RIPE NCC au niveau européen”.

Selon The Inquirer, la réponse globale n’apporte aucun élément supplémentaire : le gouvernement français ne compte pas bouger le moindre petit doigt pour encourager l’adoption d’IPv6.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur