Iridium attendu en Novembre

Régulations

La constellation de 66 satellites acheminera bientôt des services de téléphonie mobile vers n’importe quel point du globe.

La jet-set devrait bientôt faire la queue pour s’abonner aux services de téléphonie offerts par le réseau satellitaire mondial Iridium. Grâce à ces téléphones, on pourra dès le mois prochain appeler n’importe où dans le monde, de Londres à Lima en passant par le désert de Gobi. Malheureusement, les appareils ne seront pas donnés. Le téléphone fabriqué par Motorola et Kyocera coûtera entre 3000 et 4000 dollars (18000 et 24000 FF) avec toutes les sonneries et modulations garantissant sa compatibilité avec les réseaux cellulaires de la planète.

Les appels par satellite coûteront environ 3 dollars la minute (18 FF) et le coût du service dépendra de l’opérateur. En raison des prix élevés, la clientèle visée par Iridium est essentiellement composée de hauts responsables. Déjà disponibles, les téléphones Iridium ont la même taille que les téléphones sans fil et sont équipés d’une antenne qui ne fonctionne qu’en cas d’appels via le satellite. En effet, lors d’un appel, le téléphone cherche d’abord à se rattacher à un service cellulaire local. S’il n’en trouve pas, il fait transiter l’info via le satellite. Le système procède de la même manière pour les appels entrants.

La technologie du futur système n’est pourtant pas sans poser de problèmes. Même si selon les fabricants, la situation a été dramatisée, des bugs dans le logiciel ont déjà repoussé le lancement à novembre. A l’usage, l’un des principaux inconvénients vient de la nécessité d’avoir un accès rectiligne jusqu’au satellite si bien que les appareils ne marchent pas dans les immeubles ou les gratte-ciel. Autre point faible, les transmissions de données informatiques ne dépassent pas les 2400 bits par seconde ce qui est trop peu pour l’accès Internet et plutôt lent pour l’email. C’est un point qui devra être amélioré pour faire décoller le service.

La facturation est un véritable casse-tête. Les appels proviennent de milliers de destinations différentes à travers les satellites et les réseaux cellulaires. Tout ça reste bien cher mais les prix devraient baisser l’année prochaine selon Globalstar qui va d’abord chercher à rentabiliser ses investissements. Le projet Iridium a été initié par Motorola mais constitue maintenant une société indépendante dont Motorola possède 19%. Elle procède à la mise en place des infrastructures satellites pour un montant de 3,5 milliards de dollars (21 milliards de francs).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur