Iron Mountain : les entreprises européennes interdisent l’usage des réseaux sociaux

CloudData-stockageStockage

87% des entreprises européennes sont méfiantes vis-à-vis des réseaux sociaux au point d’en interdire l’usage. Dans l’échantillon retenu par Iron Mountain, 63% considèrent leur gestion “chaotique”.

Une étude de Coleman Parkes Research sur les réseaux sociaux en entreprise – commandée par Iron Mountain (stockage et gestion de l’information en entreprise) – révèle qu’un incroyable taux de 96% des entreprises en France  interdisent à leurs employés d’utiliser les réseaux sociaux au travail.

Le taux est de 87% dans l’ensemble des 6 pays européens étudiés.

L’échantillon pour l’étude (voir encadré) est réduit : 600 entreprises en Europe, 100 en France. Il vaut mieux prendre du recul donc.

Mais il révèle tout de même une nette tendance à la méfiance dans le monde des entreprises de taille intermédiaire (PME-PMI).

C’est que 84% des entreprises françaises interrogées (86% dans les 6 pays du panel) pensent que ces sites doivent être approchés comme des canaux de communication formels.

Or, 78 % des entreprises (63% en Europe) ne pensent pas être capables de les gérer comme tels.

Au final,  70% des entreprises françaises interrogées (63% en Europe) décrivent leur gestion des réseaux sociaux comme “chaotique”.

Christian Toon, directeur en charge de la Sûreté des informations pour la zone Europe chez Iron Moutain (cité dans le communiqué), analyse le problème comme étant un simple manque de familiarité.

Les réseaux sociaux posent problème aux entreprises au même titre que les courriels il y a une dizaine d’années. C’est nouveau, cela génère d’énormes volumes de données non structurées, ce qui les rend difficiles à contrôler.”

Et comme pour les mails à l’époque, “l’immédiateté et le non formalisme des médias sociaux augmentent les risques potentiels de fuites de données et de diffusion des informations critiques. Il n’est donc pas surprenant que beaucoup d’entreprises se sentent menacées.

Mais ces outils peuvent être très utiles à une entreprise, si utilisés correctement. Selon le directeur, il faut avant tout apprendre aux salariés à les utiliser.

Il donne plusieurs conseils aux entreprises. Premièrement, ils devraient plus s’inquiéter des personnes qui ont accès à leurs données et combien de temps elles sont conservées, que des différents canaux de communication utilisés (comme les réseaux sociaux ou les mails).

Il conseille aussi de conserver toutes les données échangées sur ces sites. “La loi est toujours à la traîne par rapport à la pratique. Mais théoriquement, chaque tweet, post ou blog constitue une donnée officielle qui doit être conservée et dont est responsable l’entreprise.”

Il conseille bien sûr de créer des politiques claires à destination des salariés et de les y sensibiliser, tout en prenant le contrôle de la communication corporate en créant des comptes officiels sur les Facebook, Twitter et autres LinkedIn.

Enfin, les changements sont tellement rapides que le représentant d’Iron Mountain  recommande aux entreprises de rester souples, et de mettre régulièrement à jour leurs règles sur l’usage des réseaux sociaux.

Car les réseaux sociaux seraient des outils très puissants pour l’implication des clients et la notoriété.

L’étude Iron Mountain s’est basée sur 600 entretiens qualitatifs dans des entreprises de 150 à 2500 salariés dans 6 pays d’Europe : France, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Espagne et Hongrie. 100 entretiens ont été réalisés par Coleman Parkes Research dans chaque pays. L’échantillon en France est donc très faible, ce qui jette le doute sur les chiffres les plus impressionnants, en particulier les 96% d’entreprises interdisant les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux étudiez sont plutôt Facebook, Twitter et les blogs, donc moins les sites professionnels comme LinkedIn et Viadeo.

Logo : © Cybrain-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur