iTunes 2 : des bogues corrigés mais destructeurs

Cloud

Apple surferait-elle trop sur la vague d’intérêt suscitée par le lancement de l’iPod ? Vendredi 2 novembre, la firme a mis à disposition sur son site Internet son nouveau logiciel iTunes 2. Catastrophe pour les premiers utilisateurs ayant téléchargé la version pour Mac OS X : le logiciel a tendance à faire disparaître les fichiers, virtuellement et réellement ! Certains utilisateurs annoncent jusqu’à 80 Go de données perdues !

L’iPod, le baladeur MP3 d’Apple, doit sortir le 10 novembre. Pour fonctionner, il doit utiliser un Mac et plus particulièrement iTunes 2. Le logiciel a été disponible au téléchargement dès vendredi 2 novembre, tard dans la nuit. Problème, l’installeur du programme destiné à Mac OS X s’est avéré bogué ! En revanche, aucun problème ne semble avoir été rencontré sur la version pour Mac OS 9.x qui ne reste disponible qu’en anglais. N’empêche, iTunes 2 pour Mac OS X a été disponible suffisamment longtemps (environ 16 heures) pour que des milliers d’internautes, pour l’essentiel américains, tentent de l’installer. Remplacé depuis par une version réparée, le logiciel d’installation leur réservait une petite surprise : il faisait disparaître tout ou partie des fichiers se trouvant sur le ou les disques durs montés sur le bureau. Deux grands cas de figure ont été répertoriés : le premier, relativement connu, est dû à l’utilisation de Pax, un utilitaire de compression de fichiers, en lieu et place de Gnutar. Le premier est censé être plus agréable à utiliser, aux dépens, semble-t-il, de son efficacité. Mal programmé, Pax peut altérer les chemins d’accès aux fichiers et aux répertoires d’un ou de plusieurs disques durs et/ou modifier les autorisations les concernant. Ce premier cas de figure a été rencontré par un certain nombre d’utilisateurs qui ne pouvaient plus “voir” leurs fichiers, bien que ceux-ci fussent toujours présents sur le volume ou les volumes utilisés. Le site Macdepanne indique un des moyens pour “réparer” ce problème.

Mais le deuxième effet de cet iTunes2 bogué se révélait plus destructeur : une erreur de programmation du script de l’installeur permettait de discerner une légère modification du fichier preflight. La version initiale de l’installeur est écrite ainsi :

#!/bin/sh

# if iTunes application currently exists, delete it

if [ -e $2Applications/iTunes.app ] ; then

rm -rf $2Applications/iTunes.app 2> /dev/null

fi

exit 0

Tandis que la version modifiée permet de lire :

#!/bin/sh

# if iTunes application currently exists, delete it

if [ -e “$2Applications/iTunes.app” ] ; then

rm -rf “$2Applications/iTunes.app” 2> /dev/null fi

exit 0

L’utilisation des guillemets dans la deuxième version est essentielle : elle limite au volume, ou à la partition dédiée au dossier Applications de Mac OS X, la destruction de versions antérieures d’iTunes. Sans guillemets, le résultat est catastrophique : les données trouvées sur les disques durs ou les volumes montés sur le bureau sont effacées. Il semble de plus que l’utilisation d’espaces dans les noms de volumes de certains des utilisateurs ait été confondue avec une commande Unix. Certains utilisateurs chevronnés ont réussi toutefois à s’en sortir en utilisant des utilitaires de restauration de données tels Norton Utilities de Symantec, TechTool Pro de MicroMat Computer Systems ou le partagiciel Data Rescue. Mais d’autres sont furieux car ils n’ont pas réussi à remettre la main sur des données correspondant parfois à plusieurs semaines ou plusieurs mois de travail. Les forums nord-américains les plus actifs sont remplis de ces clients d’Apple indiquant qui la disparition d’un volume de 10 Go, qui de 50 Go ! Un utilisateur indique avoir perdu pour 80 Go de films vidéos familiaux.

Apple aurait manqué de rigueur

Au-delà de la fureur compréhensible que peuvent ressentir les utilisateurs, ce bogue dramatique révèle trois dysfonctionnement : le premier concerne les utilitaires employés par Apple. Dans sa quête de la différenciation et de l’amélioration de l’expérience d’utilisateur, Apple semble s’être égarée dans la mise en oeuvre d’un de ces installeurs. Le deuxième problème concerne la vérification des paquets logiciels mis en ligne par la firme. Celle-ci aurait opéré des simplifications drastiques de ses méthodes depuis quelques mois, en réduisant son équipe de développeurs Mac OS X et en ne faisant pas vérifier systématiquement ses logiciels en dehors de ses murs. Il s’agit du deuxième problème d’ampleur rencontré cette année, le premier concernant une mise à jour logicielle affectant certaines barrettes de mémoire (voir édition du 4 avril 2001). Le troisième problème relève des utilisateurs : Mac OS X, malgré sa robustesse et sa stabilité, ne doit pas faire oublier l’impérieux besoin de sauvegarder ses données. Certains utilisateurs viennent malheureusement d’en faire la cruelle expérience…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur