iTunes Music Store : la musique en ligne selon Apple

Cloud

Apple a lancé le 28 avril au soir son service de vente de musique en ligne. Contrairement aux initiatives concurrentes, les morceaux achetés via iTunes Music Store pourront être copiés de façon quasi illimitée. Autre nouveauté : l’utilisation du format AAC en lieu et place du traditionnel MP3.

Une heure et demie ! Voilà le temps qu’il a fallu à Steve Jobs, le PDG d’Apple, pour annoncer la nouvelle phase de son incursion dans le domaine de la musique : la vente en ligne (voir édition du 14 mars 2003). L’annonce a suscité un tel engouement que la plupart des sites spécialisés sur le Mac ont été assaillis et étaient indisponibles à l’heure précise où la firme présentait sa révolution de velours. Il faut dire que l’utilisation du marketing viral y a été sans doute pour quelque chose, tout autant que la caisse de résonance assurée par les médias (voir édition du 24 avril 2003). Nouvelle source de profit pour les uns, manière de cristalliser l’attention sur l’entreprise (et donc de relancer les ventes) pour les autres, levier de croissance si le modèle de vente en ligne rencontre le succès, l’iTunes Music Store d’Apple s’avère d’abord une opération stratégique pour l’industrie de la musique avant d’être un coup d’éclat pour Apple. Tous les grands de cette industrie ont dorénavant les yeux tournés vers ce service, qui a valeur de test. Ouvert avec une base de 200 000 titres, le magasin doit proposer des nouveautés tous les mardis. Problème : pour le moment, les petits labels n’y sont pas représentés, ce qui fait déjà dire à certains esprits chagrins sur les forums de discussion : “Si c’est pour retrouver la soupe des grands labels, ce service n’est pas si révolutionnaire que cela. Regardez qui achète de la musique en masse : les DJ, ceux qui veulent leur ressembler ou les esthètes recherchant le titre qu’il faut absolument avoir.” L’AAC prend la relève du MP3

Le service iTunes Music va très loin : intégré dans l’application Juke-box d’Apple, qui a été remise à jour pour l’occasion en version 4 (pour Mac OS X), il autorise le téléchargement de morceaux pour la modique somme de 99 cents (soit environ 90 centimes d’euros) et leur utilisation (presque) illimitée. Il est ainsi possible de graver à l’infini les nouveaux titres achetés (mais on ne peut graver que dix compilations utilisant les mêmes morceaux, toutefois il suffit d’en changer l’ordre), de l’écouter sur autant d’iPod que l’on veut, mais sur trois Mac au maximum ? pour éviter sa distribution en peer-to-peer. Globalement, le service de vente en ligne intégré à iTunes 4 fonctionne sur un principe connu : classement des artistes recherchés par genre, album… Mais d’autres fonctionnalités ont été introduites spécifiquement pour ce magasin d’un nouveau genre : préécoute (quasi instantanée) de 30 secondes des chansons, présentation des pochettes d’album, vidéos de clips, etc. Surtout, utilisation de l’AAC (l’Advanced Audio Codec de Dolby), le codec MPEG-4 utilisé pour la partie son et qui permet une qualité CD pour l’équivalent du niveau moyen d’échantillonnage d’un MP3, 128 kbits/s. “Il est vrai qu’une personne un peu mélomane distingue immédiatement la différence entre MP3 et CD. Avec l’AAC, seules les oreilles d’or pourront faire vraiment la différence”, nous a précisé un professeur de musique contemporaine d’un conservatoire de la région parisienne. Autant dire que l’AAC est destiné à devenir en fait le prochain standard des baladeurs numériques. Sous le nom de MP4 ? Voir… Le service d’Apple, pour l’instant uniquement destiné aux propriétaires de Mac (de préférence raccordés à l’Internet à haut débit) résidant aux Etats-Unis, devrait être accessible aux propriétaires de PC d’ici la fin de l’année grâce à une version d’iTunes pour Windows. Et au reste du monde à une date encore à définir.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur